TGI/Gombe : les biens de feu Nimy Santos divisent femmes et enfants

0
80

 Alain Nimy et consorts ont traîné leur demi-frère Daddy Nimy et sa mère Azama Feruzi Bernadette devant le Tribunal de Grande Instance de la Gombe, sous RC 104.472. L’affaire a été instruite le mercredi 23mars 2011, par le juge Mbila et le greffier Katende, dans la chambre 3.
 D’après les explications de l’avocat des héritiers Nimy, feu Nimy Nsansi Santos avait épousé légalement Lassalett Zolwa Kumbwidi, la mère de ses clients. Quelques années plus tard, il prenant comme concubine Bernadette Azama Feruzi qui était de nationalité belge, avec qui il avait eu un enfant, ce qui avait semé de sérieux troubles dans son foyer. Sa première femme,  fâchée, avait même emballé tous ses effets pour rentrer chez ses parents.

 Ici, elle avait eu deux enfants avec un autre homme. Après un temps relativement long, son premier mari l’avait rappelée dans sa maison et avait pris les deux enfants nés hors mariage en charge. Ils leur avait même permis de porter son propre nom.

 A la mort de Santos à Kimpese, dans le bas-congo le 28février 1992, sa famille avait désigné Edouard Nzunga Nimy, son 1e fils, comme liquidateur de tous les biens de son feu père. Mais subitement, la 2e femme et son fils Daddy Nimy se sont accaparés de toutes les parcelles laissées par le défunt et ont vendu déjà la première parcelle sise sur l’avenue Général Masiala, au quartier Manenga, à Binza village, dans la commune de Ngaliema.
 Les avocats de Daddy Nimy et sa mère Bernadette Feruzi Azama ont indiqué qu’il y a obscurité de libellé, défaut de qualité, et mauvaise direction de personne dans la mesure où il fallait désigner plutôt le greffier pour déposer l’exploit et non un inconnu. En plus, la personne qui a réceptionné l’exploit en question n’était pas concernée. L’exploit est remis normalement au prévenu, soit à son avocat pour lui permette de bien se défendre.
 Après avoir soulevé leurs exceptions, ils ont réaffirmé que Bernadette Feruzi Azama fut épousée légalement par Santos Nimy après la fuite de sa première femme, qui aurait divorcé et se serait remariée avec un autre homme en Angola, avec qui elle a eu 2 enfants dont l’un est devenu musicien dans l’orchestre de Fally Ipupa. C’est suite à cette fuite cavalière de sa première femme que le défunt avait épousé sa deuxième femme en 1977. Leur cliente et son fils ont le droit de vendre où d’acheter des parcelles comme ils veulent.
 En réplique, l’avocat des héritiers a indiqué que si feu Nimy Santos avait divorcé d’avec sa 1ere femme, l’acte de mariage aurait été annulé. Or, rien n’a changé. Il a indiqué encore que l’article 34 du Code de procédure pénale ne tolère que le mariage monogamique. C’est pour dire que le défunt n’a jamais divorcé et qu’il ne s’est jamais remarié.

Muriel Kadima

LEAVE A REPLY

*