TGI/Gombe : la sté United Of Bank Africa à la barre pour suspension illégale d’un de ses agents

0
463

UBA-299x190Pour suspension, en date du 8 mars 2012 d’un contrat de travail sans motif valable et sans procédure disciplinaire, la société United Bank  of Africa RDC SARL (UBA RDC) est traînée en justice par son ex-agent Lukawu Mpungi Coco.

Le précité prétend avoir été engagé par la banque sise sur l’avenue de la Libération à Gombe,  au mois de février 2012, pour procéder à l’ouverture des comptes pour certains agents de l’administration publique, spécialement ceux de la direction Urbaine de l’Intérieur, dans la province de Kinshasa. Et un mois après son embauche, la banque, sans faire l’objet d’une procédure disciplinaire, va le suspendre verbalement alors qu’il accomplissait délicatement sa tâche. Ses avocats ont ajouté que leur client, jusqu’ à ce jour, ne connaît pas le motif de sa suspension. Etant donné que ce licenciement porte un caractère abusif, ils ont demandé au tribunal de dire recevable et fondée la présente requête, ordonner la levée de ladite suspension verbale et sa réintégration à la banque, ordonner à la banque à payer les arriérés de salaires de Lukawu Mpungi depuis février 2012. Ils exigent aussi à la banque la bagatelle de 50.000 dollars à titre de dommages et intérêts pour tous les préjudices confondus. L’audience publique de cette cause enrôlée sous le RAT 16.666 est passée le vendredi  23 août 2013 au Tribunal de Grande Instance de la Gombe. Le jugement va intervenir dans le délai légal.

En réplique, les avocats de la société United Bank of Africa RDC SARL (UBA RDC) ont martelé que leur cliente ne reconnaît pas avoir recruté Coco Lukawu Mpungi après l’interview d’admission. Elle considère que ce dernier, profitant du fait qu’il avait été convié à l’interview en date du 25 février 2012, du reste non concluante, s’est autoproclamné employé à la banque. Elle ne reconnaît pas avoir un lien contractuel avec le plaignant. A cause de cette usurpation de fonction, la banque a introduit une action pénale au Tripaix/Ngaliema sous le RP 24.855 afin de démonter la fausseté des pièces produites dans la présente cause par Lukawu Mpungi pour soutenir sa prétendue qualité de travailleur, ont indiqué les avocats-conseils de la défense, la société United Bank of Africa.

Les mêmes praticiens du droit ont soulevé un préalable lié à la mesure de la surséance. Ils ont demandé au tribunal de faire application de l’adage «le pénal tient le civil en état». Selon eux, l’affaire dont question est prête à recevoir la plaidoirie au pénal, d’où le juge des céans doit surseoir le dossier.

Et le ministère public dans son avis, a abondé dans le même sens que la banque. Il a estimé que le tribunal doit décréter la surséance pour permettre au juge saisi en premier lieu de se dessaisir.

Murka

LEAVE A REPLY

*