TGI/Gombe : la belle-soeur parle de viol… le beau-frère de vol

0
60

L’affaire inscrite sous RP19.961, opposant Natalie   Bekofe, étudiante de son état, à son beau-frère Emmanuel Tulombo Mapez, commerçant, est passée le lundi 14mars 2011, au Tribunal de Grande Instance de la Gombe, dans la chambre I. Elle tourne autour des infractions de viol, torture et arrestation arbitraire.

 Les avocats de la plaignante Natalie Bekofe, ont indiqué que, leur cliente habitait chez sa grande sœur en 2009. Et pendant qu’elle y logeait, le prévenu, qui est l’époux de sa sœur, l’harcelait sexuellement. Et, elle résistait sans informer sa sœur. Un jour, en l’absence de sa sœur en voyage, son beau-frère l’avait enfermé dans sa chambre et violée. Après cet acte, elle avait emballé ses affaires et était retournée chez ses parents. Mécontent de son départ, son beau-frère lui avait envoyé des policiers. Arrêtée et conduite au camp Lufungula, elle y avait subi des tortures et menaces pour des mobiles inventés de toutes pièces. A sa sortie du cachot, elle fut transférée urgemment à l’Hôpital générale de Kinshasa, au pavillon 5, lit 27. Et le même Emmanuel Tulombo va monter  un second coup en lui envoyant des inconnus pour l’enlever et la tuer, chose qui n’a pas réussi grâce au service de gardiennage « Mamba » qui assurent la sécurité de l’hôpital. Pour terminer, ses avocats ont demandé au Tribunal de condamner le cité aux frais d’instances et aux dommages et intérêts évalués à 200.000 dollars USD, pour tous les préjudices subis, étant donné que les médecins traitants avaient confirmé le viol.

 En réplique, le prévenu Emmanuel Tulombo, a expliqué que la plaignante restait dans sa maison et qu’à plusieurs reprises, il y avait des pertes d’argent et bijoux. Etant la seule personne qui fréquentait sa chambre, à part sa femme, il avait saisi l’OPJ du camp Lufungula pour chercher à savoir si réellement c’était elle l’auteur des  vols. Et devant cet officier de l’Etat, elle aurait avoué et précisé qu’elle opérait en complicité avec Renath et marina, ses amies. Et, elles avaient vendu les bijoux au Marché central, pour acheter une machine à coudre et un réfrigérateur. Elle avait été conduite au camp Lufungula pour être corrigée. Après avoir été libérée du cachot, a indiqué l’avocat du cité, son client aurait saisi le Tribunal de Ngaliema sous RP 23.037. A son retour, sa belle-sœur s’était adressée au TGI/Gombe pour faire diversion… . En conclusion, il a nié l’avoir violée. Et il a demandé au Tribunal d’annuler toutes les infractions mises à la charge de son client Emmanuel Tulombo Maprez. En ce qui concerne la décision du Ministère public, le prévenu doit être acquitté car les faits ne sont pas établis faute de preuves.
 Le Tribunal quant à lui, a pris l’affaire en délibérée pour son jugement a intervenir dans le délai légal.       Muriel Kadima

LEAVE A REPLY

*