Terrains scolaires spoliés : Maker Mwangu et Maj Kisimba au front

0
33

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P), Maker Mwangu Famba et son collègue des Affaires foncières, Maj Kisimba Ngoy viennent de mettre sur pied une Commission chargée d’examiner les divers cas des terrains scolaires spoliés sur l’ensemble du territoire national. Pour la concrétisation de ce  but, les deux ministres,  entourés de leurs experts se sont retrouvés le vendredi, 13 mai dernier, dans la grande salle de conférence du cabinet du ministère de l’Epsp pour faire le point sur cette déplorable situation. C’est à cette occasion que la création d’une Commission ad hoc devant prendre  en  charge ce dossier de spoliation des patrimoines scolaires a été annoncée. Elle sera permanente et composée des experts provenant de quatre ministères ayant en  charge un ou plusieurs aspects de cette question, à savoir  l’Epsp, les Affaires foncières, l’Urbanisme et Habitat et ITPR (Infrastructures, travaux publics et reconstruction).

A la fin de sa visite au ministère de l’Epsp, Maj Kisimba Ngoy s’est dit conscient que parmi les prédateurs du patrimoine scolaire figurent des hommes politiques, conformément aux recommandations faites à l’Assemblée nationale. Mais cela ne peut pas faire obstacle présentement, car, a-t-il dit, il s’agit ici de sécuriser le patrimoine de l’Etat, destiné à la formation et à l’encadrement de nos enfants. Pour cette cause, il a affirmé que son collègue de l’Epsp et lui-même sont déterminés à  exécuter les instructions du chef de l’Etat en battant campagne pour la récupération et la préservation du patrimoine de l’Etat ; car, l’intérêt  supérieur de la Nation et de la population devra primer sur les intérêts personnels. A cette même occasion, il a invité toute la population congolaise à dénoncer systématiquement toute prédation des terrains scolaires. Selon lui, cette opération, partie de Kinshasa, est appelée à s’étendre à toutes les provinces de la République.

En introduisant cette rencontre, le  Directeur provincial de l’Epsp/Kin-Ouest s’est félicité de cette initiative qui vise à sécuriser les patrimoines scolaires, traités par certains de nos compatriotes comme de biens sans maître. Il a signalé que ce phénomène de spoliation des terrains et bâtiments scolaires n’épargne aucune province de la République. Toutefois dans la capitale, a-t-il noté, il est plus visible et dans cette Ville, l’Institut de la Gombe figure parmi les écoles qui souffrent le plus de ce phénomène.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*