Tempête à l’AMP : le Pprd plaide non coupable

0
15

«Les assises de l’Université de Kisangani n’ont été ni un congrès ni une rencontre pour vilipender qui que ce soit ou décréter l’exclusion de tel ou tel autre parti allié au sein de la majorité présidentielle». Tels sont les mots clé du discours d’ouverture de ces assises par le secrétaire général du PPRD, le professeur Evariste BOSHAB et qui ont habillé la conférence de presse tenue hier  dimanche 05 septembre 2010 au siège du PPRD par le professeur Emile Bongeli, qui fut président de la commission. Communication et presse lors de ces assises qui ont provoqué une véritable tempête au sein de l’Alliance de la Majorité Présidentielle.

            D’entrée de jeu, Emile BONGELI a tenu à clarifier la position de son parti face aux griefs entendus au sein des alliés. Le PPRD veut-il privatiser Joseph KABILA ? Faux et archifaux, a réagi le président de la «Commission communication et presse, car l’initiateur du PPRD est reconnu comme grand rassembleur et dont « la sagesse a permis de reconstituer la RDC qui était déchiquetée et qu’il a conduite à l’unité, à l’intégrité et à la démocratie ». 

Bien au contraire, en prenant l’initiative de réunir ses membres  sous le label de l’université du cinquantenaire, le PPRD s’attend à ce que les autres alliés prennent le courage de se prononcer eux aussi en faveur du candidat unique afin qu’il soit élu au premier tour en 2011. Le PPRD n’a parlé qu’en son propre nom et confirme, si besoin en est, qu’aucune concertation préalable ne l’avait autorisé à parler au nom de ses alliés.

            Le PPRD a été accusé de n’avoir pas invité les autres alliés de la famille présidentielle. Emile Bongeli a tenu à rassurer les alliés qu’il n’y a jamais eu ni fusion, ni juxtaposition de partis, chacun gardant jalousement son identité propre et ses ambitions légitimes. D’ailleurs, en 2006, il n’ y a jamais eu des listes communes, chaque allié ayant proposé ses candidats. Des engagements que le PPRD avait respectés pourtant aucun des partis de l’AMP ne dispose de la moitié de ses sièges gagnés au parlement. «Mon parti a le droit de s’auto évaluer et de former ses cadres pour une meilleure préparation, a insisté Emil BONGELI».

            Le PPRD nourrit-il des ambitions hégémoniques ? Pour Emile BONGELI, comme il serait puéril qu’un étudiant ne se contente que de la satisfaction au lieu de la distinction. Quel est aujourd’hui ce parti politique tant de la majorité que de l’opposition qui ne souhaiterait pas engranger plus des suffrages qu’en 2006 ? A moins d’être un parti dit alimentaire, car tout parti nourrit l’ambition de réaliser un score meilleur qu’hier.

            Le PPRD a-t-il songé à dénoncer et évaluer des accords conclus lors de la mise en place de l’alliance ? Il est établi que lors de cette université du cinquantenaire, le PPRD devait se livrer à cet exercice d’auto-évaluation pour rectifier le tir en cas de besoin. Exercice auquel tous les autres membres de l’AMP seraient conviés sans que cela ne soit une occasion de provoquer une tempête dans un verre d’eau ; s’est-il plaint. «Loin de nous l’idée de nous transformer en parti unique. Sinon ce serait un déni à notre idéal démocratique qui est du reste repris dans sa dénomination», a-t-il signalé.

            Les assises de Kisangani n’ont été qu’une occasion pour le PPRD de se livrer à une réflexion sur ses activités dont les desiderata ont été adressés à chacune des bases du parti disséminées à travers le pays et à l’étranger. Le PPRD entend voir ses alliés s’organiser davantage et s’engager formellement pour le triomphe de Joseph KABILA au premier tour de l’élection présidentielle de 2011 ; a rappelé Emile BONGELI.

Fidèle Musangu

LEAVE A REPLY

*