La télévision JUA interdite de diffusion

0
37

La Radio-Télévision Lubumbashi Jua (RTLJ), émettant dans la capitale provinciale du Katanga, est interdite de diffusion, depuis le 20 novembre 2014, au terme d’un arrêté signé par le directeur de cabinet du ministre des Médias « pour incitation à la haine et à l’insurrection ».Propriété de Jean-Claude Muyambo, président de la Solidarité congolaise pour la démocratie et le développement (Scode), ce dernier vient de quitter la Majorité présidentielle pour basculer dans l’opposition, après avoir pris position publiquement contre toute tentative du maintien du président Joseph Kabila au pouvoir après 2016.

Sa campagne est soutenue par la RTLJ qui a aussi entrepris de diffuser une séquence de l’entretien du porte-parole du gouvernement il y a quelques mois sur TV5. Dans cette séquence, on voit le ministre Lambert Mende déclarer qu’en 2016, le président Kabila passera de manière civilisée le pouvoir au président qui sera élu. La RTLJ a également diffusé des prises de positions sur l’agression des religieux catholiques à Lodja (Kasaï-Oriental), après la déclaration des évêques sur la question de la révision constitutionnelle.                          Il convient de rappeler qu’il y a quelques jours, Jean-Claude Muyambo, avocat de son état, avait déjà été interdit de séjour à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï-Oriental, où il comptait poursuivre la campagne débutée à Lubumbashi contre le changement de Constitution.
Pour la direction de la RTLJ, la décision de suspension qui frappe ce média est tout simplement politique et, pour elle, c’est à l’autorité de régulation de sanctionner le contenu des radios et télés jugé dangereux pour la société.
Sur la radio onusienne, Lambert Mende a tenu à préciser que la suspension qui frappe la RTLJ est une mesure conservatoire pour non respect des dispositions légales de diffusion des entreprises privées du secteur audio-visuel. D’après le ministre des Médias, il appartiendra au Conseil supérieur de l’audio-visuel et de la communication (Csac) de prendre une décision finale.
De son côté, le directeur général de la RTLJ, Guelord Mukanya, se dit surpris par cette mesure qu’il qualifie de «politique». Il indique que cela  fait  3 ans que sa maison n’avait jamais changé sa grille des programmes et il ne comprend pas pourquoi on les accuse d’incitation à la haine et à l’insurrection.
Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*