Synecat : SOS pour Jean Bosco Puna

0
69

Trois des ténors du Syndicat National des Enseignants des Ecoles Conventionnées Catholiques du Congo «  Synecat », à savoir, Jacques Tshimbalanga, Jean Bosco Puna et Stéphane Ngwizani ont signé conjointement une lettre datée du 23 août 2010  dans laquelle, ils dénoncent les actes d’intimidation dont sont victimes un des leurs. Lequel n’est personne d’autre que le secrétaire général Puna. A les en croire, ces actes d’harcèlement ont démarré depuis le 4 juin 2010, date du  lancement de la grève  par les Syndicats Indépendants de l’Administration Publique « SYAP ». En somme, selon eux,  certains  décideurs font tout pour l’amener à abandonner la lutte syndicale. 

            A ce jour, lit-on, Jean Bosco totalise vingt mois de privation de salaire. Et pourtant, au terme des démarches menées au niveau de l’Epsp, il lui a été répondu que son cas trouverait une issue heureuse au mois de février de cette année.

            Le Secrétaire général adjoint du Synecat en charge de l’administration, Jacques Tshimbalanga, Stéphane Nguizani, secrétaire général adjoint en charge de l’action syndicale et lui-même JB Puna allèguent aussi qu’un quidam bien identifié circule avec un document falsifié dans lequel il est fait allusion aux frais de transport perçus par les trois ténors du Synacat. Arrêté et verbalisé, l’agent en question a dénoncé ses complices. 

            Les trois syndicalistes laissent entendre que des pressions sont exercées sur le SYAP pour l’amener à se passer  de Puna en ce qui concerne les discussions entre syndicalistes et autorités politiques. Le motif avancé est qu’il y a un conflit interne  au Synacat.

            L’autre indélicatesse décriée par les rédacteurs de la lettre du 23 août 2010 est la pression psychologique exercée sur l’épouse du bouillant Puna après qu’il ait parlé des fraudes massives en ce qui concerne les examens d’Etat, édition 2010. En fin de compte, ils disent craindre pour l’intégrité physique du syndicaliste PUNA. 

                                      JPN

LEAVE A REPLY

*