Symposium de Kinshasa : les évêques pour une Afrique réconciliée, juste et en paix

0
39

500x300-1016944_548768941825936_1147885537_nUne centaine de  prélats africains  prennent part depuis hier  mardi 9 juillet 2013 au 16ème  Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar « SCEAM » Avec comme thème  : Eglise- Famille  de Dieu en Afrique au service de la réconciliation,  de la justice et de la paix. Ces assises se tiennent au Fleuve Congo Hôtel.

Etaient présents  à la tribune, le président du Symposium, le Cardinal  Pengo de la Tanzanie, le numéro un de la Cenco, Monseigneur Djomo, le cardinal Monsengwo, le nonce apostolique Adolfo Tito Yllam en RDC…..

Le Chef de l’Etat s’est fait représenter par le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej.

La cérémonie d’ouverture a été précédée par une messe  à la paroisse  Sacré Cœur de  Gombe.

Pendant l’homélie, Mgr Théodore Adrien Sarr de Dakar  a fait savoir qu’ils vont voir comment renforcer les actions menées jusqu’ici, améliorer leurs méthodes de travail pour obtenir des résultats escomptés.

         Au niveau du Fleuve Congo Hôtel, les allocutions ont été prononcées par    Monseigneur Djomo, le cardinal Polycarp  Pengo ….ont prononcé leurs mots de circonstance .La prière d’ouverture a été lue par l’archevêque de Gitega (Burundi), Monseigneur Simon Ntamwana.

         Prenant la parole peu avant la pause, le cardinal Pengo a fait savoir que les membres  du SCEAM prient beaucoup pour que le Très- Haut ne cesse de bénir ce beau pays qu’est la RDC.

 SCEAM qui est une organisation panafricaine née dans la foulée du second Concile de Vatican.  Jean-Paul II a inauguré cette structure le 31 juillet 1969 à Kampala.

Faire en sorte que l’Eglise devienne comme une Famille de Dieu en Afrique, assurer une meilleure collaboration des conférences épiscopales d’Afrique, favoriser les échanges entre prélats africains en matière de spiritualité et du développement des peuples africains…. sont les objectifs assignés au SCEAM, a-t-il  fait observer.

Pesanteurs

         Le SCEAM compte 500 bishops, archibishops, cardinaux… provenant  de 38 pays et  8 groupes régionaux des conférences épiscopales d’Afrique.

Le monde a beaucoup changé pendant ces trente dernières années.  L’Eglise catholique s’est impliquée  depuis des lustres dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture…

         Un peu partout en Afrique, il y a des conflits ethniques, religieux et la mauvaise gouvernance. 50 ans après l’avènement des pays africains à l’indépendance,  les problèmes socio économiques, politiques sont autant des défis à relever. Et pourtant l’Afrique  regorge dans son sous sol de  l’or, du  gaz, du  diamant…. l’Afrique est potentiellement riche.

Par ailleurs, les conflits ont souvent des dimensions régionales. On peut alors épingler les cas de la région des Grands Lacs, la région du Sud Soudan, le Darfour, le Nord du Mali…..

Depuis de nombreuses années, le SCEAM appelle le leadership des pays africains à promouvoir la justice, la paix, le développement de nos pays sans oublier la réconciliation.

         Il a émis le vœu de voir les participants proposer des solutions aux multiples problèmes qui accablent le continent africain, par exemple   le cas de la secte Boko Haram.

             Coincidence

         En sa qualité de représentant du Chef de l’Etat au symposium, Richard Muyej  a fait observer que le thème du symposium est assez significatif, d’autant plus qu’il a un lien avec les problèmes qui sont les nôtres, ajoutant que le rendez-vous de Kinshasa se tient au moment où la RDC s’apprête à organiser son Dialogue national.

Il a fait savoir que «nous sommes réconfortés dans la mesure où l’Eglise d’Afrique veut communier avec nous et que le pays est agressé dans sa partie Est».

« L’Eglise n’aimerait pas être divisée, l’Etat congolais, non plus », a-t-il souligné.

Et d’affirmer que les êtres humains ont reçu des dons divers. Certains sont appelés à être des hommes politiques, d’autres des serviteurs de Dieu, ou encore à s’intéresser à la science.

Richard Muyej a relevé aussi que les assises de Kinshasa sont une grâce pour notre pays.

Dans sa prière de clôture de cette première partie de la journée, Mgr Louis Portella, président de la Conférence Episcopale du Congo-Brazzaville et de l’Association des Conférences Episcopales d’Afrique Centrale  est revenu sur les injustices et autres maux dont sont victimes les populations africaines, lesquelles ont les regards tournés vers eux.

          En plus des travaux en ateliers et en plénière, de l’adoption des résolutions et recommandations, la présentation des actes du symposium précédent, des rapports,  il y aura également des exposés sur le rôle des commissions Vérité et Réconciliation à la lumière d’Africae Munus, les mouvements sociopolitiques en Afrique du Nord et le dialogue interreligieux, regard sur le SCEAM à la lumière d’Africae Munus : forces et faiblesses et perspectives ….tout au long de cette 16 ème plénière. La messe de clôture aura lieu le dimanche 14 juillet 2013 au Stade des Martyrs.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*