Suspension des 14 Secrétaires généraux : le ministre de la Fonction Publique lève l’équivoque

0
32

fonction-publiqueLa tension perceptible qui commençait à monter au sein de la Fonction Publique à cause de la suspension des 14 Secrétaires généraux, s’est instantanément dissipée, hier mercredi 25 septembre 2013, après la rencontre entre le ministre de tutelle, Jean-Claude Kibala et le collectif des secrétaires généraux actifs.

A l’issue de cette rencontre, tous les sociétaires de cette « crise » ont affirmé que les divergences ont été aplanies. Au nom de ses confrères, Barthélemy Okito, Secrétaire général aux Sports, s’est dit satisfait des échanges avec le ministre. « C’est lui qui a la plénitude de la matérialisation des textes statutaires réglementant l’administration publique, les autres étant des ministres sectoriels. Nous lui avons démontré un certain nombre des faits sur les sanctions infligées aux agents de l’Etat et sommes confiants aux solutions qu’il va trouver…», a-t-il indiqué à la presse.

Pour sa part, le ministre Kibala a fait noter qu’en tant que gestionnaire des ressources humaines de l’administration publique, il avait l’obligation de gérer ce dossier qui commençait à faire place à beaucoup d’agitation. Confirmant avoir reçu plusieurs notes de suspension venant de ses collègues, Jean-Claude Kibala a souligné que beaucoup d’entre elles sont motivées. « Ces problèmes trouveront leurs solutions dans la réforme envisagée au sein de l’administration publique. S’il faut examiner leur réintégration après 3 mois de suspension, cela se fera au cas par cas. D’ores et déjà, il faut savoir qu’il y a 54 postes, alors que le nombre des Secrétaires généraux est plus que ça. Si on doit suivre rigoureusement les prescrits réglementaires, seul 1 Secrétaire général devrait être en place car ayant moins de 55 ans. Les autres devraient aller à la retraite. Avant même cette 14ème suspension, nous avions déjà présenté un dossier de rajeunissement de l’administration publique, afin que les candidats à la retraite puissent consacrer leurs expériences à la formation de nouveaux fonctionnaires ».

  Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*