Soutien à la candidature unique de l’Opposition : nouvelle coalition pour Tshisekedi : la «DTP»

0
22

En prévision des échéances électorales à venir, spécialement la présidentielle ramenée à un seul tour par la volonté des parlementaires de la majorité au pouvoir, les leaders des partis politiques de l’opposition s’organisent pour ne pas se laisser prendre au dépourvu.

 C’est dans ce cadre que près d’une dizaine de responsables des partis viennent de créer une coalition de soutien à la candidature unique pour le compte de l’opposition à la présidentielle de novembre prochain.
 La sortie officielle de ce mouvement à but essentiellement électoral est intervenue, hier mercredi 16 février au siège du MLP (Mouvement Lumumbiste Progressiste), sis avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu.
 Ayant déjà choisi cet oiseau rare en la personne d’Etienne Tshisekedi pour les représenter à cette bataille face au candidat de la majorité au pouvoir, cette coalition s’appelle « DYNAMIQUE TSHISEKEDI PRESIDENT », (DTP).

 Pourquoi Tshisekedi, et pas un autre ? A cette curiosité des journalistes, les fondateurs de la DTP ont répondu sans ambages qu’il est le seul qui incarne le mieux les attentes de la population, autour de qui tous les leaders politiques qui se réclament de l’opposition sont censés fédérer.
En dehors de sa popularité légendaire qui ne fait l’ombre d’aucun doute, sa lutte politique parsemée d’embuches et sacrifices au péril de sa vie pour l’avènement de la démocratique en République démocratique du Congo est un atout supplémentaire, ont renchéri les fondateurs de la DTP.
 Avant d’affirmer que personne ne peut contester à Etienne Tshisekedi wa Mulumba la qualité de père de la démocratie congolaise.
 Voici donc les partis politiques qui ont créé la DTP : ANALCO (Alliance Nationale des Libéraux du Congo) de Ilunga Kabuya représenté par son Secrétaire général en personne de professeur Fortunat Kandanda, ECIDE (Engagement pour la Citoyenneté et le Développement) de Martin Fayulu, MLP (Mouvement Lumumbiste Progressiste) de Franck Diongo, PT (Parti Travailliste) de Steve Mbikayi, RADECO (Rassemblement des Démocrates Conciliants) représenté par Mme Lusamba, RADER (Rassemblement des Démocrates pour la Rupture et le Renouveau) du professeur Augustin Mampuya. Et tout naturellement l’UDPS d’Etienne Tshisekedi représentée par son directeur de cabinet et porte-parole Albert Moleka.

Trois objectifs
poursuivis par la DTP

 Présentant la «Dynamique Tshisekedi» président, Martin Fayulu qui en est le porte-parole a fait savoir que la coalition poursuit trois objectifs principaux. A savoir : assurer la victoire de Etienne Tshisekedi wa Mulumba à l’élection présidentielle de novembre 2011, adopter un programme de gouvernement fondé sur une vision et une gouvernance démocratique et de progrès comme base du contrat social avec le peuple congolais, concevoir une stratégie électorale commune pour les élections à tous les niveaux afin de s’assurer une majorité forte pour gérer efficacement l’Etat.
 « Nous lançons un vibrant appel aux forces politiques et sociales soucieuses du bien commun et de l’intérêt général pour nous rejoindre afin de faire aboutir l’objectif commun, notamment en vue des élections à venir. Nous appelons également notre peuple à soutenir de toutes ses forces et à faire sienne cette initiative », l’invitation de la DTP est lancée à toutes les formations politiques et  la société civile en vue de faire de l’adhésion de la majorité des Congolais.
 L’orateur a commencé par donner les raisons qui ont milité à la création de la DTP. De manière globale, c’est le souci de sauver la nation du gouffre d’une gouvernance chaotique qui a poussé les leaders des partis précités à initier une telle démarche.
 « Il est donc impérieux de répondre à la gravité de la situation et de rencontrer les attentes de notre peuple et de la communauté des nations, en adoptant une alternative crédible et efficace au système actuel ».
 Pour ce faire, les initiateurs de la DTP qui se disent aux antipodes du régime en place, dénoncent un certain nombre d’abus dudit régime. Notamment la déliquescence, fustigent la confiscation de l’indépendance du pouvoir judiciaire par les dirigeants actuels, l’insécurité généralisée, la corruption et les mensonges érigés en système de gestion, etc.
 Une fois au pouvoir, ils entendent restaurer et renforcer les bases morales, sociales, politiques, matérielles et physiques de l’Etat. et asseoir un leadership responsable, etc.

Menaces de l’« Egyptisation ou tunisiation » !

 Après la présentation de la philosophie de la DTP par son porte-parole, chaque leader politique membre a été invité à s’adresser aux combattants venus nombreux pour la circonstance.
 De manière générale, les intervenants ont dénoncé l’attitude ambiguë de certains leaders qui se réclament de l’opposition, donnant ainsi à penser qu’ils feraient le jeu du pouvoir pour torpiller les actions de l’opposition.
 A ce sujet, le professeur Mampuya a révélé que certains de ces leaders là étaient en collusion avec les gens de la majorité pour initier le fameux projet de la révision de la loi électorale visant la limitation de l’âge de candidat. Et donc, écarter le candidat du peuple.
 Malheureusement, a-t-il souligné, leur stratégie a échoué avant même qu’elle ne soit déclenchée.
Autre fait : lorsqu’ils sont allés les intéresser de la création de la dynamique, bon nombre d’entre eux réclament des postes de gestion. « Comment réclamer la peau de l’ours sans l’avoir abattu ?», s’est-il interrogé en guise de réponse à ces politiciens véreux qui semblent privilégier leurs intérêts égoïstes, au lieu de chercher à servir le peuple.
Pour conclure, il a lancé un message menaçant à l’endroit de ceux-là qui jouent le jeu double : tout en se réclamant de l’opposition, ils roulent pour le pouvoir.
« Le jeu est connu », leur a-t-il lancé. Avant de prévenir la population de multiples stratégies que le pouvoir mettra en place pour tenter d’émietter les voix de l’opposition. Dans la foulée, il a indiqué que le pouvoir suscitera plusieurs candidats, particulièrement dans les provinces acquises à l’opposition.
Pour une fois moins prolixe contrairement à ses habitudes, Franck Diongo a eu des mots justes pour répondre aux provocations du pouvoir.
 « S’ils osent manœuvrer pour écarter le candidat du peuple de la course, nous actionnerons la rue pour les chasser du pouvoir. Et ils connaîtront le sort des présidents tunisien et égyptien », a-t-il prévenu, sous les applaudissements frénétiques des combattants.
 Pour sa part, Martin Fayulu a posé une série de questions auxquelles la foule répondait en choeur en vue de justifier le choix d’Etienne Tshisekedi comme candidat unique de l’opposition.
 Qui est le père de la démocratie congolaise? Qui s’est battu au prix des sacrifices pour qu’on parle démocratie en Rdc ? Qui lutte depuis des années pour le respect de la légalité ?
 Enfin, il a demandé aux opérateurs politiques, particulièrement ceux qui disent lutter pour la cause populaire, d’être humbles et reconnaître chacun ses limites pour se plier devant le choix qu’ils ont opéré.
 A son tour, Albert Moleka a réitéré la détermination de son président national, Etienne Tshisekedi, à user de tous les moyens légaux reconnus par la Constitution pour faire valoir les droits de l’opposition, notamment en rapport avec le meeting de l’Udps annoncé pour le 24 avril 2011. Il a rappelé la conférence de presse d’Etienne Tshisekedi ce dimanche 20 février.
 A l’instar de ce qui s’était passé au Grand hôtel Kinshasa le jour où l’opposition voulait faire sa déclaration politique en rapport avec la révision constitution, à la Fikin avant-hier où l’Udps devait tenir sa manifestation, la DTP a connu le même sort à la Fikin où elle avait déjà payé pour sa sortie officielle.
 C’est la veille que les organisateurs apprendront que la Fikin n’était plus  disponible pour accueillir la manifestation.

Dom

 

LEAVE A REPLY

*