Sondage Top Congo : Rassemblement «  Lumbi 73 %, Joseph Olenghankoy 8 % et Patrick Mayombe 1 % »

1
1411

La radio Top Congo a soumis ses auditeurs, hier lundi 06 mars 2017, à
un sondage par le biais des textes et autres messages par internet. De
6 heures à 18 heures, ils étaient appelés à se prononcer sur le choix
de la personnalité qui réunit les critères requis pour diriger le
Conseil des Sages du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales
Acquises au Changement. Le média de Christian Lusakweno a fait comme
s’il n’y avait jamais eu une décision des membres de cette méga
plate-forme politique au sujet de la succession d’Etienne Tshisekedi
au poste. Les trois candidats en lice étaient Pierre Lumbi (président
du MSR et du G7), Joseph Olenghankoy (président des Fonus et d’une des
ailes dissidentes de la Dynamique) et Patrick Mayombe (ministre dans
le gouvernement Samy Badibanga).

On peut noter, à cet effet, que les résultats de ce sondage ont placé
Pierre Lumbi largement en tête avec 73 %, contre 8 % à Joseph
Olenghankoy et 1% à Patrick Mayombe. S’il faut s’en tenir à cette
gerbe d’opinions exprimées par un échantillon de la masse congolaise,
le verdict est sans appel : il n’y a pas « match » entre l’ancien
Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité et ses
deux adversaires politiques qui lui contestent la direction du Conseil
des Sages du Rassemblement.
Si la « voix du peuple » est réellement « la voix de Dieu », le
sondage de Top Congo devrait faire méditer tous ceux qui convoitent le
poste déjà occupé de président du Conseil des Sages du Rassemblement
et faire taire les critiques sur celui qui est crédité de 73 %
d’opinions favorables.
On rappelle qu’avant sa mort, Etienne Tshisekedi a implicitement jeté
son dévolu sur Pierre Lumbi comme son virtuel successeur en lui
confiant la lettre confidentielle destinée au Chef de l’Etat, laquelle
devait transiter par les Evêques Catholiques, et dans laquelle il
avait porté son choix sur son fils Félix Tshisekedi comme futur
locataire de la Primature. S’il n’avait confiance en Pierre Lumbi et
en son engagement dans le combat pour le changement de gouvernance au
sommet de l’Etat en République Démocratique du Congo, le président de
l’UDPS n’aurait pas chargé d’une aussi délicate mission son ancien
ministre des Affaires Etrangères dans le gouvernement de la CNS.
Leader du G7, une plate-forme qui comprend 7 partis politiques
frondeurs de la Majorité Présidentielle ( MSR, ARC, Unafec, Unadef,
PDC, MSDD et ACO), l’homme pèse sur la scène politique congolaise.
Kimp

1 COMMENT

Comments are closed.