Socoda : Kiamuangana aux commandes

0
58
DSC_3736Après deux séances de travail à huis clos, mardi et mercredi, les créateurs des œuvres de l’esprit se sont retrouvés hier jeudi 16 juillet 2O15 au Salon Rouge du ministère des Affaires Etrangères pour clôturer l’assemblée générale de la Société congolaise des Droits d’Auteurs et Droits voisins (SOCODA). Verckys Kiamuangana Mateta, qui avait piloté la commission préparatoire de ladite assemblée,  a été porté, à l’unanimité, à la présidence du Conseil d’Administration. Il sera secondé par le cinéaste Balufu Bakupa. 12 administrateurs ont été également désignés: Nyoka Longo, Elombe Sukari, Me Liyolo, prof. Yoka Lye Mudaba, Lema Kusa, Mbimbi « Masumu », Bidiampasi,  Balenza, etc.
Le Conseil d’Administration va être marqué à la culotte par un comité de surveillance avec à sa tête Tshala Muana. Composé d’une dizaine de membres dont Mbaki Socrate, Me Mavinga, Reddy Amisi  et bien d’autres membres), etc.
L’Assemblée de la SOCODA était présidée par la directrice de cabinet du ministre de la Culture et Arts, Marie-Josée Kazadi.
En sa qualité de membre de la commission préparatoire, Nyoka Longo a, dans son mot de circonstance, remercié le ministre Baudouin Banza et toutes les autorités qui ont contribué à la réussite des travaux de  l’assemblée élective de la Socoda.
Une série des recommandations ont été prises. Elles s’adressent au nouveau Conseil d’administration, au gouvernement et aux artistes qui sont appelés à rétablir la confiance avec le ministère de tutelle. Le gouvernement a l’obligation morale d’accompagner les artistes congolais dans la  lutte contre l’impunité. Le conseil d’administration a été invité à poursuivre l’examen général des dossiers  de la SOCODA et à en faire rapport à tous les membres lors de la prochaine assemblée ordinaire.
Nouveau départ ?
Les travaux terminés, Kiamwangana a fait savoir qu’il ne ménagera aucun effort pour rassembler les artistes, toutes tendances confondues. « Nos droits d’auteurs sont  consignés  ça et là  et la SOCODA  est appelée à les ramener au pays », a-t-il indiqué.
 Balufu a souligné qu’en sa qualité de cinéaste, il ferait en sorte que ses collègues qui vont signer des contrats de travail fassent respecter leurs droits.
Marie-Josée Kazadi a laissé entendre qu’avec la rédaction de nouveaux textes et la volonté du gouvernement, plus précisément du ministère de tutelle de laisser les artistes diriger eux-mêmes la SOCODA, celle-ci devrait aller de l’avant.
Jean- Pierre Nkutu et
Melba Mpolo