Situation politique actuelle en RD Congo : une analyse du Font Patriotique

0
4362

INTRODUCTION

La République Démocratique du Congo (RDC) se trouve véritablement à la croisée des chemins. Nous savons que depuis le lendemain de la proclamation de son indépendance, la RDC est toujours embarquée dans la recherche de chemin pour la conquête de sa véritable identité aussi bien sur le plan politique, sur le plan économique et sur le plan social.

Voici 58 ans après l’indépendance qu’elle est embarquée dans une
espèce de bourbier qui, en fait, est un perpétuel recommencement
émaillé des coups de force à répétition.
Si les cinq premières années peuvent être placées sous le signe de la
recherche d’une véritable souveraineté, la suite, par contre, est une
succession d’événements qui ont entrainé la RDC dans un recul par
rapport aux autres États qui, au 30 juin 1960, avaient pratiquement le
même niveau de développement qu’elle. Il est bon de citer ici le cas
du Canada et de quelques uns des États à travers le monde, situés en
Europe et en Amérique. Alors qu’un pays comme la Chine qui,
aujourd’hui, est cité parmi les grands de ce monde sur tous les plans,
venait après la RDC.
L’histoire politique de notre pays nous donne le constat suivant:
tout marche à reculons. Ce qui explique la complexité du problème
congolais. Il faut que tous les protagonistes (classe politique,
société civile) qui sont censés s’atteler à la recherche des solutions
aux problèmes multiformes congolais, commencent par une véritable
prise de conscience doublée d’éthique.

1. SITUATION POLITIQUE ET SOCIALE

D’aucuns pouvaient conclure que seul MOBUTU et son régime pouvaient
avoir la médaille d’or d’avoir traîné notre pays dans les catacombes
les plus obscures de l’histoire. Mais hélas, c’est une appréciation
superficielle!
Le phénomène A.F.D.L. nous a appris qu’on pouvait faire pire. Jamais
la condition sociale n’a été aussi précaire. Les prix des denrées
alimentaires ne cessent de grimper avec une monnaie en chute libre
face aux devises étrangères. Il y a impossibilité d’assurer les frais
scolaires à sa progéniture pour le Congolais moyen. Les difficultés de
transport dans une capitale qui ressemble à un mouroir à chaque pluie.
Le manque d’électricité et le régime incessant de délestage de
courant. La carence en  eau potable dans un pays béni en cours d’eau
et lacs. L’insécurité permanente, etc …. Tout ceci associé à une
crise politique sans précédent. Un pouvoir illégitime qui règne par
défi et qui tue ses citoyens qui exercent leurs droits fondamentaux.
Une CENI au service d’un pouvoir sanguinaire.

2. PERSPECTIVE

Nous disions dans notre introduction que la RDC est à la croisée des
chemins. Les principes de fonctionnement de notre pays ne sont pas
respectés. Nous devons, aujourd’hui, faire un choix important, mais il
nous faut éviter tout raté. Que les acteurs qui sont impliqués,
prennent conscience que la RDC est le seul patrimoine commun dont le
peuple congolais dispose dans sa souveraineté. Il nous faut absolument
et à tout prix sauvegarder ce patrimoine national.
Les acteurs en présence (Partis Politiques, Société Civile, ONG, …)
doivent prendre conscience et regarder dans la même direction. C’est
ici le lieu de féliciter déjà ces forces qui ont commencé à réveiller
la conscience nationale pour la protection du pays. Nous citons le
Comité des Laïcs Catholiques, le Cardinal Monsengwo, les Confessions
Religieuses, les ONG qui oeuvrent pour cela.
Si des Laïcs Catholiques, le Cardinal Monsengwo, les Confessions
religieuses, la Société Civile s’impliquent, c’est parce que du côté
de la classe politique, rien ne vient. Et pourtant, in fine, c’est
elle qui doit prendre le relai pour sauver et développer le pays. Elle
doit donc s’organiser.

CONCLUSION

La situation en RDC est désastreuse, épouvantable. C’est une
conjoncture qui est du pain béni pour des hommes et des femmes de
bonne volonté et d’une certaine éthique pour qu’ils s’organisent et
s’érigent en véritable alternative en vue de donner au peuple
Congolais de la nourriture, du logement, de l’eau, de l’électricité,
des routes, des soins médicaux, de l’éducation de qualité, de la
démocratie. La RDC n’a pas le droit de sombrer.

Fait à Kinshasa, le 10 janvier 2018

Pour le Front Patriotique,

Camarade Docteur
Kabamba
Camarade Kasongo
Camarade Mvuezolo Richard