SEP Congo largue sa deuxième barge pour desservir les deux Kasaï et le Maniema

0
368

sep congoExperte en logistique pétrolière, SEP Congo  a connu mardi 8 octobre 2013, une atmosphère de carnaval avec l’inauguration, mieux le baptême de la « Yii Ariva », deuxième et barge de cette entreprise pétrolière, par le Révérend Père Charles Kombe de l’archidiocèse de Kinshasa. Témoins de l’événement : députés et sénateurs, membres du corps diplomatique, mandataires des entreprises publiques. Les cérémonies du jour étaient présidées par la ministre du Portefeuille, Louise Munga Mesozi, entourée pour la circonstance de ses  quatre collègues membres du gouvernement.

 «Yii Ariva», entendez «Oiseau de mer», dans l’une des langues de la Province Orientale, est la deuxième barge qui va permettre à SEP Congo d’accompagner la modernisation de la RDC. Selon l’administrateur directeur technique de cette entreprise, « Yii Ariva » a été conçu en sept mois et a bénéficié du contrôle du bureau Veritas. Cette certification, a-t-il souligné, garantit la conception et de construction de la qualité qui met en valeur le savoir- faire de la société Chanimétal et de SEP Congo. Ce bel oiseau compte 60 m de long, 12 m de large et 1.200 m3 de capacité de transport. Il a pour mission principale « de voguer sur les eaux du fleuve Congo et ses affluents avec sa sœur jumelle «Nsie ». «Très prochainement, a annoncé l’Administrateur directeur technique, deux petites sœurs de 500 m3 accompagneront les deux aînées qui font déjà la fierté de SEP Congo ».

La vitalité d’un partenariat privé-public constructif

 Pour sa part, l’Administrateur directeur général adjoint de SEP Congo, Jean Ilunga, a salué l’engagement de tous (Conseil d’administration, comité de gestion et personnel), ainsi que le soutien du gouvernement qui ont permis à l’entreprise de bénéficier d’une rémunération nécessaire en 2012, pour financier la première étape 2012-2015 d’un plan d’investissement ambitieux jusqu’à l’horizon 2025. « Cette intervention du gouvernement, a souligné l’Adga Ilunga, témoignage de la vitalité d’un partenariat privé public constructif et responsable face aux ambitions légitimes d’un Congo émergeant. Mais il est aussi la preuve du dynamisme d’une entreprise tournée vers l’avenir, l’innovation, la création, la modernité ». Pour l’Adga Ilunga, 2012 est une année charnière au cours de laquelle SEP Congo a rénové dans sa méthode de travail. Et ce, grâce au nouveau souffle, au nouveau dynamisme  apporté par l’actuel Administrateur directeur général, Georges Celvate.

Le plus grand défi de SEP Congo, selon l’Adga, aura été au-delà des contraintes financières, le vieillissement, le rajeunissement et la formation de son personnel avec le départ massif des retraités estimés à quelques 300 agents d’ici 2015.et 500 agents à l’horizon 2020. Dans un métier aux multiples expertises, a-t-il fait observer, la formation est un gage de la qualité du travail en interne comme en externe. A ce sujet, d’ici 2015, SEP Congo va développer en relation avec l’INPP deux grandes écoles : la première des chauffeurs poids lourds et la seconde du personnel navigant ou école de navigation.

La gerbe des fleurs de Louise Munga

 Louise Munga Mesozi a congratulé le Comité Georges Celvate pour sa volonté de réduire la pénurie récurrente en produits pétroliers et d’accompagner le gouvernement dans son effort de développement et de désenclavement du pays. « Au regard de l’activité que déploie présentement SEP Congo, force est de constater que la vision de cette entreprise d’économie mixte est circonscrite autour d’un programme cohérent d’approvisionnement du pays aussi bien par la voie terrestre que fluvial, grâce à l’acquisition et au renouvellement des infrastructures de qualité. Demain, nous verrons la mise en œuvre du volet ferroviaire, dans l’objectif de former un convoi complet de ravitaillement et consolider ainsi la capacité de transport des produits pour approvisionner l’arrière pays », a noté Mme la ministre avant de renchérir « Car, en effet, l’approvisionnement régulier en produits pétroliers de qualité et à coût officiel est un vecteur capital de la réussite de tout programme social et économique du gouvernement».

Cap sur la modernité

Il sied de retenir que SEP Congo a mis le cap sur la modernité depuis 2012. Elle a commencé par réinvestir dans le cœur de son métier, la logistique pétrolière, en lançant un vaste programme d’investissement qui vise l’acquisition et la réhabilitation de ses dépôts de stockage, ainsi que le renforcement et le renouvellement de ses unités de transport en passant par le rajeunissement de son personnel.

            A cet effet, elle a acheté un dépôt à Béni (Nord Kivu), réhabilité les dépôts de Bumba, Kinshasa, Usoke et bientôt celui d’Aketi dans la Province Orientale. Elle a également construit un nouveau dépôt aviation à Luano. Elle a, enfin,  renouvelé ses moyens de transport terrestre par l’achat de 40 nouveaux  camions citernes. Elle prévoit d’en acquérir une dizaine de plus en 2014. Tous ces investissements colossaux sont réalisés sur fonds propres dans le respect des normes et procédures de passation des marchés.

            Soucieuse de soutenir l’essor économique des deux Kasaï et du Maniema, SEP Congo a commandé 10 wagons destinés au transport de carburant pour l’approvisionnement des provinces précitées auprès de la société TRANSNET en Afrique du Sud. Six d’entre eux seront livrés, contractuellement, fin novembre à Lubumbashi au Katanga, par la voie du Sud.

            Dans le même ordre d’idées, SEP Congo a investi dans le transport fluvial par l’acquisition de nouvelles barges dont Nsié inaugurée en décembre 2012, la Yii Ariva, sa sœur jumelle, dont l’inauguration est intervenue hier mardi 8 octobre, et 3 barges d’une capacité de 500 m3 chacune dont 2 seront livrées en fin d’année. Un pousseur d’une grande puissance et une troisième barge de 1.200 m3 sont inscrits au budget d’investissement 2014.

            Le pipeline Matadi-Kinshasa n’est pas en reste. D’importantes opérations de régénération couplées aux travaux de renouvellement de tronçons d’une longueur totale de 20 Km ont été réalisées dans le secteur de Masina à Kasangulu et de Lukala depuis le début de cette année. D’ici la mi-octobre, 6 Km de pipelines seront également régénérés entre Ango-Ango et Lufu, dans la province du Bas-Congo.

Partenaire du développement durable

            SEP Congo est un des partenaires efficaces du gouvernement en matière de logistique pétrolière et de mobilisation des recettes par sa stratégie qui vise à adapter la logistique du pays à l’augmentation des besoins de consommation en hydrocarbures. En effet, entre 2012 et 2025, la consommation en hydrocarbure (produits blancs) de la RDC pourrait, selon les estimations, être multipliée par trois ou par quatre, sous l’effet cumulé de sa modernisation économique et surtout de l’augmentation de sa population. L’augmentation des besoins de consommation en hydrocarbures  est évaluée par les experts à plus de 4 millions de m3 en 2025. Et les pipelines actuels, utilisés presque au maximum de leurs capacités ne pourront certainement pas relever ce défi. D’où la nécessité d’optimiser leur capacité de pompage et de les sécuriser. Pour ce faire, les professionnels du secteur ainsi que les autorités publiques, autour de SEP Congo, appellent dès aujourd’hui à un consensus sur la construction d’un nouveau pipeline pour une mise en service au plus tard en 2018-2020.

            Bien plus, le chantier investissement à l’horizon 2025 de SEP Congo répond à la feuille de route du gouvernement qui souhaite normaliser d’ici 2014, l’approvisionnement de l’intérieur du pays et pourvoir à la demande d’hydrocarbures de demain par un nouveau pipeline. A cet effet, SEP Congo réitère l’appel lancé au gouvernement pour lever rapidement les options à prendre en ce qui concerne la saturation du pipeline en 2016.

Michel  LUKA

LEAVE A REPLY

*