Sénat : Kengo dénonce le paradoxe entre la croissance économique et le vécu des Congolais

1
25

kendo«Le secteur minier demeure le principal moteur de la croissance économique. Suivant les statistiques de la Banque Centrale du Congo, notre pays a exporté 919.588 tonnes de cuivre en 2013 et 76.517 tonnes de cobalt la même année. Le seuil d’un million de tonnes de cuivre exportées sera, semble-t-il, franchi en 2014.

 Entretemps, la pauvreté est omniprésente. La misère sociale continue à s’aggraver à l’ombre de ces exportations ».

Le constat est du président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo. Il l’a fait dans son discours d’ouverture de la session ordinaire de mars 2014, le samedi 15 mars.

Comme solution à ce paradoxe entre une croissance exponentielle alors que la population ne fait que broyer du noir, il invite le gouvernement à accroître les recettes budgétaires du secteur minier et des hydrocarbures, et à les consacrer aux dépenses de santé, d’éducation et de réhabilitation des infrastructures de base.

            Dans le même ordre, il invite les gouvernants à s’investir également dans la croissance de l’agriculture jugée priorité des priorités. Léon Kengo qui rappelle qu’en 1959, ce secteur contribuait au budget de l’Etat à hauteur de 48% des recettes.

            Concernant les matières inscrites à l’ordre du jour de la présente session, il a indiqué qu’il y a 11 lois relevant des arriérés législatifs, 14 projets et propositions de loi déjà adoptés et transmis à l’Assemblée nationale, 2 projets de loi à soumettre à une commission mixte paritaire, 6 projets de loi portant arrêts des comptes et règlement définitif des budgets, et 25 nouvelles matières parmi lesquelles on compte 22 projets de loi portant autorisation de ratification ou adhésion à des traités internationaux.

A l’occasion, le président du Sénat a aussi fait le point de la situation politique qui prévaut actuellement au pays.

            Des recommandations des concertations nationales à la mise en place d’un gouvernement de cohésion nationale : tout a été passé en revue par l’orateur. Tout comme la tenue du 17ème sommet du COMESA et de la 2ème conférence du Forum international des femmes francophones.

            La nécessité de la réforme de l’armée et de la police nationales a  encore une fois été soulignée par Léon Kengo dans son discours.

Dom

1 COMMENT

  1. L’homme est-il sincere ou denonce-t-il a dessein? Car le constat qu’il fait aujourd’hui d’autres l’ont fait a l’epoque ou il
    dirigeait le gouvernement dans ce pays.

LEAVE A REPLY

*