Selon Lambert Mende  « Violences au Kasaï : Kinshasa n’est ni complice, ni impliqué »

0
390

Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et Médias, était
encore une fois, hier jeudi 21 décembre, face aux journalistes. Au
menu : l’état de la Nation avec à l’affiche les sujets d’actualité de
l’heure. Ainsi, la nouvelle loi électorale adoptée dernièrement par le
parlement, le processus électoral et le dossier des violences qu’a
connues l’espace Grand Kasaï exhumé à la faveur de la dernière enquête
de RFI et Reuters, ont constitué les sujets dominants de la
communication du porte-parole du gouvernement.
Concernant le processus électoral, il a, après avoir salué la
publication par la Ceni du calendrier électoral, souligné que le
gouvernement est respectueux de ses engagements pour faire aboutir le
processus. « Le gouvernement conforme sa détermination à mettre à la
disposition de la centrale électorale les fonds prévus à cette fin
selon le chronogramme convenu ». Il a précisé, à cet effet, que les 60
millions de dollars venaient d’être décaissés suivant le programme de
la Ceni pour les opérations prévues en janvier 2018.
Quant à la loi électorale, Lambert fait savoir que son adoption par
les deux chambres du parlement, a été facilitée par le gouvernement,
pour l’avoir déposée dans les délais. C’est une preuve de la volonté
de l’Exécutif national de remplir scrupuleusement ses engagements.
Enfin, le porte-parole du gouvernement s’est appesanti sur l’enquête
de Rfi et Reuters au sujet du procès des présumés éléments de Kamina
Nsapu en cours à Kananga, au Kasaï central.
Pour Lambert Mende, cette enquête menée par les deux médias
occidentaux vise à rendre le gouvernement congolais responsable ou
complice de l’assassinat des deux experts de l’Onu dans le Kasaï
Central au mois de mars 2017. Il s’est mis, pour ce faire, à donner
quelques détails en rapport avec les témoignages recueillis dans le
cadre du déroulement dudit procès à Kananga.
En fait, le ministre a expliqué comment les deux experts étaient
arrivés à Kananga et le processus de leur déplacement de la ville pour
se rendre à Bunkonde, à près de 80 kms, où ils seront malheureusement
tués. On retient qu’ils venaient de Goma par un vol de la Monusco et
non de Kinshasa.
Après sa communication, Lambert Mende s’est livré comme d’habitude au
jeu des questions et réponses. Invité à dire un mot sur la
dénonciation selon laquelle le texte de la loi électorale adopté par
l’Assemblée nationale n’était pas celui discuté et adopté au conseil
des ministres, il a dit qu’il s’agit là d’une question dépassée. Dès
lors que la matière est adoptée par le parlement, c’est ce dernier qui
s’en approprie.
Comment se sent-il en tant que l’une des personnalités dont les
sanctions ont été reconduites par l’Union européenne ? Réponse : l’UE
n’a pas le pouvoir ni le droit d’agir ainsi. C’est pourquoi le
gouvernement a saisi la cour européenne de justice, et attend la
suite.                                                                         Dom