Selon Kinshasa : les irrégularités sans effet sur les résultats de la présidentielle ?

0
29

 

Ce mercredi 14 décembre 2011, le gouvernement de la République, sous la haute direction de Son Excellence Monsieur le Premier ministre, Adolphe Muzito, a tenu une séance de travail avec les membres du corps diplomatique accrédités dans notre pays.
De cette rencontre avec les représentants de la communauté internationale axée notamment sur la situation qui a prévalu dans le pays en périodes électorale et post électorale se sont dégagées les constantes ci-après :
 
1. Au sujet du scrutin présidentiel du 28 novembre 2011, les participants ont pris acte des rapports de certaines missions d’observation déjà disponibles, notamment l’Union Africaine (UA), la CEEAC, la SADC, la CIRGL, le COMESA, le Centre Carter et l’Union Européenne. Ces rapports ont mis en lumière une série d’erreurs et de dysfonctionnements attribuables dans la plupart des cas à l’inexpérience de la jeune administration électorale congolaise (CENI) et au climat de violence et de haine qui a prévalu dans nombre de circonscriptions électorales.
 
2. Au demeurant, il a été noté que les irrégularités et dysfonctionnement ainsi signalés ont été décrits comme n’étant pas de nature à modifier l’ordre de proclamation des résultats de l’élection présidentielle tel que présenté par la CENI le 09 décembre 2011.
 
3. Evoquant les menaces d’un candidat malheureux à l’élection présidentielle d’articuler ses revendications hors des voies légales, les participants ont souhaité voir tout contentieux électoral suivre les procédures juridictionnelles prévues par la loi. Les pouvoirs publics en place ont été encouragés à cet égard à créer les conditions idéales pour un dialogue permanent entre acteurs politiques congolais.
 
4. Quelques membres de la communauté internationale ont offert leur assistance technique à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) pour l’aider à améliorer ses capacités et optimiser son efficacité. Cette offre dont le Gouvernement congolais a accepté le principe fera l’objet de discussions entre les pays concernés et la Commission, conformément aux lois et règlements qui la régissent.
Fait à Kinshasa, le 14 décembre 2011
 
Lambert Mende Omalanga
Ministre de la Communication et des Médias
Porte-parole du Gouvernement

LEAVE A REPLY

*