Sécurité alimentaire en RDC : un rapport qui interpelle

1
505

Il y a eu, hier mardi 10 juin 2014 à l’Hôtel Sultani, la restitution de l’analyse détaillée de la Sécurité Alimentaire et de la vulnérabilité (CFSVA) en République Démocratique du Congo. Cette étude est le fruit d’une collecte de données recueillies entre 2011-2012 auprès de 24.884 ménages vivant en milieux ruraux. Elle a comme but de déceler les besoins et répondre aux questions des personnes touchées par l’insécurité alimentaire, de fournir des informations nécessaires et de dégager les stratégies appropriées.

Cette session a été co-animée respectivement par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Jean Chrysostome Vahamwiti, la Directrice adjointe du PAM en RDC, Silvia Caruso, son collègue Koffi Akakpo, ainsi que par le Docteur John Ulimwengu de l’International Food Policy Research Institute(IFPRI).

Intervenant lors de la présentation officielle des résultats, Koffi  AKAKPO du PAM a conclu que la situation alimentaire en RDC demeure encore précaire avec 58 % de risque alimentaire. La présente étude démontre que 87% de ménages ruraux proviennent de l’agriculture, 69% de paysans de l’agriculture vivrière. Et d’indiquer que  le Bandundu et le Maniema sont dans l’agropastorale.

L’intervenant du jour  a relevé que 34% de ménages ont un accès à l’eau potable, 3% dans les deux Kasai et le Bandundu ont un accès à l’électricité.

Koffi  Akakpo a révélé que 67% de dépenses affectées l’alimentation par les ménages représentent une part énorme du budget qui touche directement les besoins de base de la famille.

Concernant les propositions de mesures qui ont été soulevées par la plupart de ménages, il y a, entre autres, la mise en place de filets de sécurité alimentaire c.à.d. emmener les communautés à une auto-prise en charge ; la précision des cibles d’interventions ; la promotion de la production agricole des paysans et l’amélioration du ciblage des interventions ; la promotion de l’innovation agricole et de la micro finance,…

Le ministre de l’Agriculture a remercié les partenaires qui ont appuyé cette analyse. Ce, avant de déplorer le déficit des services nationaux de statistiques qui ne rendent pas la tâche facile à l’Etat.  Jean Chrysostome Vahamwiti a déclaré que des études sont envisagées pour la relance de la Cadeco ou encore la mise sur pied d’une banque paysanne, avant d’annoncer très prochainement le lancement du parc agropastorale de Bukanga Lonzo à Kenge.

Dans son mot de bienvenue, la Directrice adjointe du PAM en RDC a de nouveau rappelé que la RDC reste confrontée au problème d’insécurité alimentaire. Silvia Caruso s’est interrogée  sur les causes de cette insécurité alimentaire, les couches les plus affectées et aussi les approches les plus adaptées pour y remédier.

Au nom du Pam et de l’IFPRI,la Directrice adjointe du PAM-RDC a souligné que cette analyse est une réponse aux nombreuses questions soulevées. Selon elle, cette étude figure parmi les rares sur la sécurité alimentaire qui  couvre à la fois l’ensemble du pays et de territoires. Environ un et demi million de dollars a été disponibilisé à cet effet.

En outre, elle a rappelé que depuis 2008, le PAM en collaboration avec la FAO et l’UNICEF avait mis sur pieds des projets d’appui aux petits paysans afin de les aider à sortir du cercle vicieux.

                        Melba Muzola

1 COMMENT

  1. Merci pour les travail Mme la Directrice ,mais ce ne pas encore fini;car les démuni vous vivez tous les jours avec eux meme dans vos résidence,ménagère et sécuritaire ils souffres veuillez vous renseignez svp merci

LEAVE A REPLY

*