Sécurisation des sites agricoles : éléments en uniforme et chefs coutumiers indexés

0
58

chef-coutumiersPlusieurs  membres de l’Union Nationale des Agriculteurs, Eleveurs et Pêcheurs du Congo « Unagrico »  venus assister  le samedi 3 août 2013 à à la paroisse Notre dame de Fatima  au lancement du projet de  sécurisation des sites agricoles, d’éradication des contrôles illégaux et  taxes abusives à Kinshasa n’ont pas pu accéder à la salle. C’était à l’exiguïté des lieux, compte tenu de la forte affluence enregistrée pour la circonstance.

 Le projet évoqué ci-haut a  une durée de trois ans et est appuyé par Trocaire, une structure des Catholiques irlandais.

On a noté la présence  du  conseiller du Chef de l’Etat en matière agricole, des représentants de la Fao, de l’Inspection Provinciale de la Police, du gouverneur de la ville de Kinshasa, du Procureur général de la République et de plusieurs ministères.

Le président de l’Unagrico, ville de Kinshasa  a évoqué les problèmes qui se posent dans les différents sites agricoles de Kinshasa, à savoir  Maluku, Plateau des Bateke, site RVA,  Mokali, quartiers 8 et 9  à Ndjili, Funa…..

 Il a fait savoir que les sociétaires de l’Unagrico sont parfois flagellés,  rançonnés  et soumis aux caprices des chefs coutumiers et aux  brimades des hommes en uniformes. .  Leurs produits vivriers sont quelques fois volés, certains d’entre eux arrêtés ou traînés en justice.

Un travail méthodique

Le projet Trocaire concerne trois de onze provinces de la RDC.  Dans un premier temps, a indiqué le chef de programme Trocaire/RDC, avec les ténors de l’Unagrico, ils  vont recenser les agriculteurs, établir la superficie totale des terres exploitées par les  paysans, procéder à  l’inventaire des problèmes auxquels ils  sont confrontés.  Viendra ensuite la période de dialogue entre les agriculteurs, les chefs coutumiers et les décideurs politiques  dans le souci d’élaborer une loi foncière.

Il a  demandé aux responsables des sites de coopérer avec les enquêteurs de l’Unagrico qui vont descendre sur le terrain.

Portant encore des ecchymoses à la suite d’un grave  accident de circulation qu’il a connu le lundi 29 juillet 2013, le président national de l’Unagrico a remercié le Très- Haut pour l’avoir épargné. Remerciant ensuite les paysans pour avoir répondu présent à l’invitation leur lancées, le leaders de l’Unagrico,  n’a pas caché son intention, si cela s’avère  nécessaire,  de solliciter des audiences auprès du Chef de l’Etat et du gouverneur de la ville  pour plaider  la cause des agriculteurs  auprès de ces hautes personnalités.

         Il a énuméré  la liste des ministres congolais en charge de l’Agriculture  avec lesquels lui et ses pairs ont échangé.

Mais,  la situation des paysans n’a pas  évolué.

    Il s’est demandé où vont les fonds destinés à l’entretien des routes de desserte agricole.

Et d’ajouter qu’en l’absence d’un encadrement efficient des agriculteurs congolais et du mauvais état des routes de desserte agricole, les campagnes agricoles  annoncées avec pompe n’auront aucun impact réel.

         Demandant aux autorités de leur prêter main forte pour la réussite du projet Trocaire, il a indiqué que le recensement va démarrer dans dix sites.

Le représentant du ministre provincial de l’Agriculture a justifié sa présence sur les lieux dans le souci de la hiérarchie d’échanger avec les paysans pour trouver des solutions à leurs problèmes. Il a fustigé le mauvais comportement de certains compatriotes et chefs coutumiers qui  spolient  les terres des paysans.

Défis

         Appelés à exprimer leurs doléances, les responsables des sites agricoles de Ndjili Brasserie, Sokolo, Funa, Kisenso,  ont fait état des cas de viols, vols, arrestations arbitraires dont sont victimes les paysans et même des  procès intentés contre eux.  Ils ont signalé que certaines personnes et des hommes en uniforme narguent les autorités et affichent  leur détermination de lotir dans les espaces réservés aux paysans.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*