Scolarisation : la quantité doit se marier avec la qualité

0
19

Avant son départ, le 26 août 2015, pour Zongo, dans la province du Kongo Central, où il préside jusqu’à demain samedi 29 août 2015, les travaux de la « Revue annuelle du Plan intérimaire de l’Education (PIE) », en compagnie des partenaires techniques et financiers de ce plan, Maker Mwangu Famba, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC) a clôturé les assises de deux jours (24-25 août 2015)  sur « Evénement Qualité de l’Education en RDC ». A cette occasion, il a insisté sur le combat pour la qualité de l’enseignement national que chacun des partenaires éducatifs en particulier – en commençant par les parents que la Loi-Cadre de février 2014 place en partenaires privilégiés de l’Etat dans l’éducation de leurs enfants » – et tout le monde en général doivent mener pour la survie de notre système éducatif. Il a incité chaque participant à ces travaux à tout faire pour que « l’Evénement qualité de l’enseignement soit présent dans chaque classe de nos écoles ». Il a estimé que l’Atelier qu’il clôturait « N’ETAIT PAS UN DE PLUS », mais plutôt une occasion de responsabilisation des acteurs éducatifs à la veille de la nouvelle Année scolaire 2015-2016.

Il a demandé aux participants de veiller aux actes de suivi de cet atelier, en ce qui concerne les recommandations prises et observer le timing à accorder pour l’édition de tels travaux. Le ministre de l’EPS/INC, tout en félicitant l’Inspection générale pour le travail abattu chaque année dans sa triple mission de « Former, Evaluer et Contrôler», a souhaité que désormais un regard extérieur, un audit indépendant vienne régulièrement évaluer l’effort accompli sur la route de la qualité de l’enseignement ». Cela permettra, selon lui, d’avoir un jugement extérieur et neutre sur les efforts fournis. Il a en outre préconisé le gain du temps d’enseignement, d’utiliser et de rentabiliser au maximum le temps imparti à chaque heure d’enseignement. Au sujet des matériels pédagogiques que d’aucuns estiment très coûteux, le ministre a suggéré aux responsables d’écoles de les fabriquer eux-mêmes et cela est possible avec un peu d’initiative. Enfin, il a remercié le Chef de l’Etat qui a montré son intérêt pour l’éducation en faisant d’elle le 1er Poste budgétaire.  Enfin, le ministre était heureux de constater que toute la communauté s’était engagée dans une bataille sur deux fronts : celui de la quantité et de la qualité, tout en posant comme principe que le développement quantitatif de la scolarisation ne devrait pas s’effectuer au détriment de l’aspect qualitatif. Auparavant, le Secrétaire général à l’EPSP, Lufunisabo Bundoki, a salué la fin des travaux et les résolutions et recommandations prises pour l’amélioration de la qualité dans les salles de classes ; grâce au ministre de tutelle qui avait pris l’initiative de ces travaux. Il a aussi félicité tous les participants, parmi lesquels figuraient plusieurs partenaires éducatifs nationaux et internationaux, pour les travail abattu pendant deux jours. Enfin, les participants ont lu les différentes résolutions et recommandations pour la lutte de l’amélioration de la qualité de l’enseignemet national.

            SAKAZ