Salles des jeux : gros piège pour les élèves

0
133

billardLes salles des jeux poussent comme des champignons à Kinshasa. De petits casinos dotés de machines à sous ont envahi les cités populaires. Un jeu comme le billard n’est plus un secret pour les Kinoises et Kinois. Si les exploitants de ce type de commerce se frottent les mains, compte tenu de leur forte fréquentation par les jeunes, surtout les élèves et écoliers, les parents sont aux abois. Chaque jour, des absences et retards non motivés des enfants sont enregistrés dans de nombreuses écoles à cause de leur faible pour la distraction, au détriment des études.

Il est constaté que beaucoup d’élèves et écoliers dépensent l’essentiel de leur argent de poche dans les jeux du hasard.

A ce sujet, la situation d’une école du quartier Télécoms, dans la commune de Ngaliema, inquiète sérieusement les parents. Ici, cet établissement est complètement ceinturé par des salles de jeux, ce qui détourne régulièrement les élèves et écoliers des salles de classe. En dépit des plaintes des parents, la direction de l’école semble s’accommoder de la présence des exploitants des jeux du hasard qui lui payent des taxes d’exploitation des espaces.

D’aucuns pensent que pour éradiquer le mal, les responsables de l’enseignement primaire et secondaire de la ville de Kinshasa devraient interdire aux mineurs la pratique des jeux du hasard pendant les journées ouvrables. Si cela n’est pas fait, on risque d’enregistrer d’importants échecs scolaires cette année ainsi que les années à venir.

Désiré Mbuyi Mutobola (stg/UPN)

LEAVE A REPLY

*