Safi Akatshi : « La médecine naturelle renferme des vertus particulières »

0
352

De plus en plus, au sein de la population congolaise, l’on entend parler des vertus de la  médecine dite naturelle. Cette partie de la médecine, qui utilise essentiellement les plantes naturelles comme médicaments dans le traitement des maladies,  demeure encore un domaine assez critiqué et difficilement accepté par la médecine moderne. Pour en savoir plus sur ce point, Le Phare s’est entretenu, le mercredi 23 avril avec Safi Akatshi, collaboratrice de David Mayingidi Owen, le propriétaire du centre de médecine naturelle « Makaya Masangi », situé sur l’avenue Croix Rouge, dans la commune de Kinshasa. Voici l’essentiel de l’interview.

Le Phare : Bon nombre de personnes ignorent la différence existante entre la médecine naturelle et la médecine traditionnelle. Pouvons-nous  savoir en quoi consiste cette distinction ?

Safi Akatshi : En réalité, sur le plan des produits ou des médicaments, les deux médecines sont pratiquement similaires puisque nous utilisons la même matière première. Nous recourons toutes, dans les deux, aux plantes naturelles (feuilles, arbres, racines, etc.) pour soigner nos patients. Mais la différence entre les deux est que nous en médecine naturelle, la nature est notre unique et principale source  car nous puisons tout en elle. En dehors des ces plantes, nous n’ajoutons aucune autre chose pour soigner nos patients. Tandis que ceux de la médecine traditionnelle associent leurs produits (plantes naturelles) à des fétiches ou des proscrits spirituels.

Comment  faites-vous pour vous procurer ces plantes ?

Quelquefois, lorsque nous avons des nouveaux élèves, nous effectuons des descentes en forêts pour cueillir les plantes et nous en profitons pour leur apprendre en même temps un à un  les différentes plantes médicinales (arbres, herbes, racines, etc.) qui nous procurent les médicaments. Dans le cas contraire, on s’approvisionne directement au marché auprès des vendeurs de ces différentes plantes qui les cueillent également en forêts et viennent nous les revendre.

Avez-vous reçu une formation particulière pour exercer ce métier ?

Pour connaître la médecine naturelle et ses vertus, j’ai bel et bien reçu une formation appropriée auprès de David Mayingidi, qui lui à son tour l’a hérite de ses ancêtres. C’est une connaissance qui se transmet de génération en génération dans sa famille. Nous devons tout de même souligner que les personnes qui détiennent le secret des vertus des plantes naturelles, ne passent pas forcément par l’école puisque pour l’homme noir en général et le Congolais en particulier, c’est une science qui fait partie de sa culture ancestrale. Et les familles qui détiennent le monopole de la connaissance ont pris le soin de  la conserver en l’apprenant à leurs descendances afin de la pérenniser.

A entendre parler certaines personnes, la médecine naturelle comme traditionnelle produisent des résultats beaucoup plus rapides par rapport à la médecine moderne. Comment justifiez-vous cela ?

Bien que les produits de base des médicaments de la médecine moderne soient des plantes naturelles pour la plupart, avec la transformation de ces produits, à travers le processus de traitement et de conservation, certains d’entre eux perdent une partie de leurs vertus. Tandis que chez nous, nous utilisons ces plantes telles quelles sans leur faire subir aucun mélange ni transformation. Cela conduit à ce que, une fois administré au malade, le médicament agisse avec pleine efficacité puisqu’il aura conservé tous ses principes actifs.

Il vous est souvent reproché une imprécision du point de vue du dosage de vos produits. Ce qui pousse plusieurs à recourir à la médecine moderne. Qu’en dites-vous ?

La médecine naturelle tout comme traditionnelle ne datent pas d’aujourd’hui. Comme je l’ai dit plus haut, c’est une pratique ancienne à laquelle nos aïeux recouraient constamment pour se soigner. Et à cette époque, vous êtes d’accord avec moi que la médecine moderne n’existait pas. Pourtant, il ne se posait pas de problème de dosage et ils vivaient longtemps. Nos ancêtres étaient suffisamment remplis d’intelligence et de sagesse puisqu’ils administraient ces plantes à leurs patients tout en évitant les risques ayant trait au dosage…

La  dose est bien connue et dépend de chaque produit que l’on donne par rapport à la maladie dont souffre le patient. Il y a certaines plantes qui sont aussi des aliments (gingembres, citronnelles, etc.), et ne présentent pas des problèmes même si on en prend en grande quantité. Mais il y a également des plantes toxiques qui demandent une dose précise de peur que ça ne puisse nuire à la personne qui les prend.

Aussi à leur époque, nos grands-parents soignaient des maladies qui leur étaient propres et reconnues dans leur société. Tandis qu’aujourd’hui, certaines maladies (cancers, AVC, maladie des reins,…), autrefois méconnues en RDC, ont franchi nos frontières à travers l’importation des produits alimentaires, la consommation abusive de certains produits pharmaceutiques. Et je pense qu’on n’en serait pas arrivé à ce niveau si nous avions su conserver notre culture ancestrale.

Ne pensez-vous pas qu’il serait mieux de vous unir avec ceux de la médecine moderne  afin de trouver des remèdes à certaines maladies qui n’ont pas jusqu’à ce jour des médicaments pouvant les guérir ?

Comment s’unir avec eux aussi longtemps qu’ils ne croient pas en ce que nous faisons  peut être parce qu’on n’a pas fait les mêmes études qu’eux. Il faut qu’il y ait d’abord  volonté et acceptation mutuelle. Et cela doit se faire avec l’appui du gouvernement qui a la charge d’accompagner les structures sanitaires afin de nous permettre aussi de développer et d’enrichir davantage cette médecine que nous ont laissée nos ancêtres.   Pour votre information, ensemble avec les autres tradi-praticiens de la RDC, nous avons produit des médicaments à base de plantes naturelles, telles que la méamicine qui est même vendue dans des pharmacies. C’est honteux pour notre pays de voir que certaines personnes préfèrent aller se faire soigner à l’extérieur pendant qu’on a de grands médecins qui détiennent des médicaments efficaces pouvant traiter toutes ces maladies.

Existe-t-il une corporation qui réunit les tradi-praticiens ?

 Bien sûr!  Nous avons deux ONG dont l’UTRACO (Union des tradi-praticiens du Congo)  et UNAGECO (Union Nationale des Guérisseurs du Congo). Mon formateur est aussi président de tous les tradi-praticiens de la commune de Kinshasa. Nous nous connaissons et nous sommes reconnus par les autorités. Souvent, nous sommes invités à prendre part à des cérémonies officielles qu’organise le ministère de la Santé publique pour parler de la médecine naturelle. Malheureusement, les résolutions prises à de telles occasions ne sont pas mises en application.

Vous êtes une femme belle et élégante. Qu’est-ce qui vous a motivé à vous intéresser à ce métier qui vous condamne à soigner généralement les maladies affreuses (Mbasu, Nzoko, Mpese,…) ?

Je me suis intéressée à ce métier après que j’ai été guérie, à l’aide de la médecine naturelle, par Papa David, d’une grave maladie que plusieurs n’ont pas pu traiter. C’est ainsi que depuis 2012, aussitôt sortie de ma maladie, j’ai décidé de me consacrer à ce domaine pour découvrir les vertus qu’il détient et qui ont été à la base de ma guérison. J’aime ce métier puisqu’il sauve des vies. J’en suis fière et satisfaite.

Myriam IRAGI et Perside Diawaku  

LEAVE A REPLY

*