RVA : le retour de l’ADPI fait monter la tension

0
60

REGIE-DES-VOIES-AERIENNES-RVA_vignetteAprès plusieurs menaces des syndicalistes de cette entreprise publique, la grève a finalement gagné les milieux des agents et cadres de la RVA (Régie des Voies Aériennes), depuis le vendredi 25 juillet 2014. On laisse entendre que la source principale de cette grogne est le retour de la firme française ADPI (Aéroport de Paris Ingénierie) au sein de sa direction technique, une expérience déjà tentée entre 2008 et 2010, avec des résultats que les syndicalistes-maison qualifient de catastrophiques.

            Aux yeux des cadres et agents de la RVA, la cession de la direction technique de leur entreprise à une firme étrangère, ne serait rien d’autre que l’amputation de sa partie la plus utile, car génératrice de l’essentiel de ses recettes en termes de droits de trafic, taxes d’atterrissage, vente du carburant, taxes d’embarquement (go pass à 50 dollars américains pour les vols internationaux et 20 pour les vols nationaux), etc. Alors que cette régie connaît encore une situation financière précaire, compte tenu du lourd passif financier hérité de la gestion de l’ADPI, son personnel redoute l’asphyxie de sa trésorerie par une assistance technique budgétivore, comme c’était déjà le cas entre 2008 et 2010.

            On se rappelle, avec beaucoup de peine, le triste épisode d’expatriés qui aspiraient la grosse part des ressources financières en termes d’émoluments, de frais de représentation, de loyers mensuels, d’indemnités kilométriques, de pécules de vacances tous les six mois, de soins médicaux, de primes diverses, etc. On se souvient aussi de ces «experts» techniques qui n’étaient, en fait de comptes, que d’illustres débrouillards, techniquement en-déca de l’expertise nationale pourtant bon marché.

            Compte tenu de la tension qui est montée de plusieurs crans au sein de la masse laborieuse de la Régie des Voies Aériennes, et de la méfiance que suscite le projet, vrai ou supposé, de partenariat entre elle et l’Aéroport de Paris Ingénierie, il appartient au gouvernement de bien analyser les résultats techniques et financiers du mandat de Jean Assice jugés largement négatifs. Les agents et cadres de la RVA n’ont peut-être pas tort de voir d’un mauvais œil ce type de partenariat où la partie censée recapitaliser une entreprise publique et relancer ses activités, se présente avec une mallette vide, mais des experts financièrement insupportable.

            Ils ne sont pas les seuls à avoir connu l’amère expérience d’une assistance technique et financière aux conséquences désastreuses. L’ex-Onatra avait aussi avalé l’amère pilule de Progosa, qui s’était terminée par une rupture brutale. A la Gecamines, c’était aussi une descente sûre et lente aux enfers avec Rottenbach.

            Bref, les joint-ventures qui réussissent à remettre sur orbite des entreprises publiques en difficulté sous d’autres cieux s’avèrent toujours catastrophique au pays de Lumumba. Lorsque l’on remonte dans le passé, l’on retrouve dans les archives, le dossier nébuleux de Sizarail, qui avait signé l’arrêt de mort de la SNCC (Société Nationale des Chemins de Fer du Congo), sous la Deuxième République. Plus près de nous, les diamants de la Miba ont été proprement pillés par la Sengamines entre 2001 et 2003, sous les regards médusés des populations du Kasaï Oriental.

            Au moment où l’on parle de la réforme des entreprises du Portefeuille et où certaines d’entre elles semblent résolument engagées dans la voie de leur relance, l’équipe Matata devrait faire très attention aux initiatives de nature à remettre en cause les acquis de leur rupture progressive avec le statut de canards boiteux. Le partenariat RVA-ADPI ayant déjà montré ses limites dans un passé encore frais dans les mémoires, il serait imprudent de retomber dans les travers du passé. S’il y a une nécessité absolue de renforcer ses capacités techniques et financières, il serait plus indiqué de chercher en dehors de l’ADPI.

                                   Kimp

LEAVE A REPLY

*