Risques sociaux et environnementaux : la sonnette d’alarme secouée au Cercle de Kinshasa

0
45

Le Cercle de Kinshasa a abrité le mercredi 7 avril 2010 un atelier sur la maîtrise des risques sociaux et environnementaux, sous le hautpatronage de José Endundo, ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme et Pierre Jacquemot, Ambassadeur de France en République Démocratique du Congo.

Cet atelier, organisé conjointement par la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) et l’Agence Française de Développement (AFD) et auquel ont été conviés des représentants des institutions publiques, du secteur privé et de la société civile; s’inscrit dans la continuité de la réflexion lancée en mai 2009 sur la gestion des risques sociaux et environnementaux dans le cadre des projets financés par la Banque Mondiale en République Démocratique du Congo.

 

Partant du constat que tout projet économique et toute opération de développement comportent des risques potentiels d’impacts négatifs, quelle que soit la pertinence de leurs objectifs initiaux, l’atelier a permis d’exposer aux acteurs publics et privés présents, les principes directeurs de la responsabilité sociale et environnementale opérationnelles.   A partir d’exemple précis, initiés par des opérateurs privés en République Démocratique du Congo et en Afrique tant sur ressources propres qu’avec l’appui de bailleurs de fonds comme l’AFD, les différentes interventions ont montré la nécessité de réaliser des études pour répondre aux préoccupations sociales et environnementales en RDC, de clarifier la coordination institutionnelle en matière de supervision des processus de maîtrise des risques, et de promouvoir l’expertise nationale en cette matière.

Les projets de développement économique, qu’ils soient privé ou public, ne sont profitables à l’ensemble de la population que si ils sont durables et prennent en compte un ensemble de facteurs qui vont bien au-delà de la simple recherche du profit. La lutte contre la pauvreté, la satisfaction des besoins humains de bases, la préservation de la biodiversité, la connaissance et le respect des territoires d’intervention, sont des éléments essentiels pour la réussite d’un projet à long terme.

 

LEAVE A REPLY

*