Révision de la loi électorale : mise au point de l’UDPS

0
73

logo-constitution-EN-RDC-1En rapport avec l’actualité de l’heure, l’UDPS prie l’opinion tant nationale qu’internationale de noter ce qui suit.

  1. DU PROJET DE LOI PORTANT REVISION DE LA LOI ELECTORALE

Pour des raisons ci-après, l’UDPS exige le retrait pur et simple de ce projet de loi de tout débat.

  1. Dans l’exposé des motifs, les initiateurs de ce projet de loi déclarent que la majoration des frais de dépôt de candidature est voulue pour « lutter contre la multiplicité des candidatures fantaisistes ». Par cette disposition, ils excluent de l’accession au pouvoir les pauvres; et de ce fait, seuls ceux qui ont bâti leur fortune sur le dos du peuple peuvent se présenter aux élections et conserver le pouvoir pour protéger leurs intérêts.
  2. L’article 8 dont le contenu est repris dans les articles 115, 145, 192 et 208 dispose que la fixation du nombre de sièges par circonscription est fixée en tenant compte de l’évolution des données démographiques et de l’indentification de la population.

            En clair, l’organisation des élections est subordonnée à la fin des opérations de recensement et d’identification d’où le MAINTIEN DE M. JOSEPH KABILA ET DE TOUTES LES INSTITUTIONS AU POUVOIR INDEFINIMENT.

  1. LE COMMUNIQUE DES LEADERS DES PARTIS POLITIQUES DES REGROUPEMENTS POLITIQUES DE L’OPPOSITION ET DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE .
  2. A cet effet, l’UDPS rappelle que le Regroupement dénommé li FORCES POLITIQUES ET SOCIALES» avait récusé l’Abbé MALU-MALU et son équipe et avait déféré le prélat en justice ;

L’Eglise Catholique n’a jamais soutenu l’abbé MALU-MALU.

  1. L’UDPS pose la question de savoir quand l’abbé MALU-MALU et son équipe auraient-ils été exorcisés pour enfin mériter de la confiance du peuple Congolais ?
  2. Il y a divergence quant à l’attitude à prendre après le retrait de ce projet de loi. Les autres partis politiques estiment qu’après la publication du calendrier global par la CENI, celle-ci organise les élections en 2016. Pour l’UDPS, la crise est tellement profonde qu’il faut aller au dialogue conformément à la décision de la communauté internationale bien précisée dans l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

            Pour la communauté internationale, le dialogue doit permettre aux Congolais de se réconcilier afin d’aller à des élections apaisées.

Le Président ETIENNE TSHISEKEDI est resté seul à soutenir cette position de la communauté internationale.

  1. LA REPRESSION DES MANIFESTATIONS DU DIMANCHE 11 JANVIER ET LUNDI 12 JANVIER 2015

L’UDPS condamne la répression du meeting programmé par la plate-forme « SAUVONS LE CONGO» le dimanche Il janvier 2015 ainsi que la répression du rassemblement des militants des partis politiques et organisations de la société civile ce lundi 12 janvier 2015 au Palais du peuple. Ces actes de barbarie sont posés alors qu’après le massacre de CHARLIE HEBDO le monde entier a décidé de se serrer les coudes pour combattre le terrorisme.

  1. PISTE DE SOLUTION

Il ressort de ce qui précède que la crise est profonde et qu’elle s’aggrave.

            Afin d’éviter un autre chaos à la RD Congo, l’UDPS presse la MONUSCO de convoquer le DIALOGUE conformément à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba avant qu’il ne soit tard.

L’opinion nationale et internationale doit cesser de donner raison à Son EXCELLENCE ETIENNE TSHISEKEDI toujours en retard.

Fait à Kinshasa,

le 12 janvier 2015

Joseph Kapika

Porte-parole