Révision constitutionnelle, violation des droits de l’homme, misère, etc : une ONG appelle les Congolais à se réveiller

0
43

« Congolais réveillons-nous !, Ensemble, nous réussirons ! ». Tel est le slogan lancé par  l’organisation de  droits de l’homme, «Les Amis de Nelson Mandela» pour la Défense des Droits Humains (ANMDH), en collaboration avec le collectif des organisations  non gouvernementales de défense des droits de l’homme en  République Démocratique du Congo, lors de la journée d’échanges citoyen tenue, hier jeudi 21 août 2014, pour attirer  l’attention  de la population  congolaise sur les questions de l’heure, tant  sur la politique que le social.

         Cette matinée a eu pour cadre  le Centre catholique Lindonge,  située  dans la commune de Limete.  Parmi les animateurs, il y a eu Robert Ilunga, président de l’Anmdh, Grégoire Mulamba,  secrétaire général du Centre des droits de l’homme et du Droit Humanitaire et Me Carlos Mupili de  la Coalition nationale de la Cour pénale internationale.

       Cette journée avait pour objectif : de senbiliser la population congolaise en générale et les Kinois en particulier  sur les  différents maux qui rongent le pays, face aux défis judiciaires, politiques, sociaux, économiques, etc.

      Les préoccupations majeures des organisateurs se sont résumés en cette phrase : « Où va le Congo (RDC) et que doivent faire les Congolais ? ».

          A ce sujet, l’Anmdh a fait savoir que la révision doit être pour envisager des raisons valables, et non au profit des intérêts d’un groupe d’individus.

       Les participants ont aussi abordé  la question des droits de l’homme, notamment l’« affaire Chebeya ». Ils ont  estimé que le non fonctionnement de la Cour Constitutionnelle serait au profit des auteurs de cet acte ignoble. Quant à la loi de l’amnistie, cette dernière a été votée pour faire libérer les rebelles du M23 qui tuaient de dignes fils de ce pays, ont-ils soutenu. S’agissant l’opération Likofi, la police nationale devra avoir une attention soutenue afin d’éviter de tuer des innocents.

         Cependant, la destruction des biens et marchandises des vendeurs ambulants, le  long des artères  de Kinshasa sous prétexte de l’assainissement de la ville est une violation de la loi qui est très clair à ce point .

        Outre ces soucis, les participants ont aussi planché sur la liberté d’expression, poison  pour la plupart des autorités congolaises ; la démocratie, un exercice difficile pour les dirigeants congolais, la vie intenable du peuple congolais.

         Enfin, les participants ont estimé que  a société civile congolaise doit se conformer aux normes, soit l’on fait la politique, soit l’on est réellement une vraie organisation de la société civile, a déclaré le président de l’Anmdh.

                                                                                     Dorcas NSOMUE

LEAVE A REPLY

*