Le Rév. Espérance Mbakadi recommande au chrétien de s’affranchir du passé pour accéder à sa destinée

0
196
Surintendant général de l’Eglise de Mangembo, le Révérend Espérance N. Mbakadi vient de larguer sur le marché du livre son quatrième ouvrage intitulé : « Et quand la faveur triomphe du passé ».
Imprimé au 1er trimestre 2016, en Chine,  ce livre de 78 pages se veut une invitation, mieux une exhortation à tout chrétien à s’affranchir du passé pour accéder à  sa destinée. Partant de son expérience personnelle, l’auteur veut amener le chrétien à réaliser que son destin n’est pas irrémédiablement déterminé par ses origines, son milieu social ou les circonstances de sa vie, mais que devant lui s’ouvre le futur comme champ à explorer, à labourer et à ensemencer ; qu’il peut dans sa marche avec le Seigneur se libérer de l’emprise du passé, pour jouir pleinement du plan glorieux de Dieu pour sa vie et surtout être en mesure de servir au dessein de Dieu dans sa génération.  La Bible, fait-il observer, ne regorge-t-elle pas d’exemples d’hommes et des femmes avec un passé obscur, mais qui, par la grâce de Dieu, s’en sont affranchis pour des lendemains glorieux ?
 
            D’après le Révérend Espérance N. Mbakadi, le fonctionnement de la vie de l’homme sur terre est essentiellement lié au facteur temps. Et le temps comprend 3 phases importantes dont le passé, le présent et le futur. Toutefois, le passé possède un net avantage sur le présent et le futur du fait qu’il est déjà vécu et, par conséquent, imprimé en chacun de nous, au niveau de l’âme, de la conscience, voire même du subconscient, pour certains. Le présent, quant à lui, est en train  d’être vécu et le futur ne l’est pas encore.
Ainsi donc, il est plus facile pour l’homme d’être contrôlé par son passé que par le présent, encore moins par le futur. Et cela d’autant plus le passé a eu suffisamment de temps pour s’enraciner en lui ; il jouit d’une préséance, d’une sorte de droit d’aînesse aussi bien sur le présent que sur le futur, et par conséquent, il domine sur eux.  
Par ailleurs, chacun de nous possède un passé comprenant trois éléments essentiels. D’abord : notre origine, c’est-à-dire l’environnement dans lequel nous avons vécu jusque-là, à savoir : la famille, la tribu, le pays, la race … Il est plus question,  ici, de cadre, c’est-à-dire des valeurs et traditions dans lesquelles notre être a baigné. Ensuite : les personnes qui ont fait partie de notre passé. Notamment : les parents, les membres de notre famille, les amis et connaissances, les voisins, les collègues … enfin : les événements ou les circonstances de notre vie qui nous marquent d’une manière ou d’une autre. Ils sont comme des moules qui nous façonnent.
            Le passé exerce donc son emprise sur l’homme ; il le contrôle, le manipule, le paralyse et l’empêche d’orienter positivement son futur. A cet égard, même le chrétien se retrouve dans la même situation que le païen. Toutefois, pour que Dieu atteigne le but qu’il poursuit avec l’homme, il l’a créé en dehors du temps comme un être spirituel. Il l’a ainsi prédestiné avant qu’il ne vienne dans le temps, pour que son passé temporel ou adamique ne puisse anéantir son plan éternel dans sa vie. Jésus-Christ est mort pour que sa grâce triomphe de votre passé.
            Pour rappel, le Révérend Espérance N. Mbakadi est le surintendant général de l’Eglise de Mangembo, une communauté évangélique et charismatique d’une trentaine d’assemblées locales implantées en Afrique, en Europe et n Amérique, dont l’assemblée mère qu’il dirige  à Kinshasa compte plus de 6.500 membres. Sa plus grande préoccupation reste la promotion et la vulgarisation de la sagesse divine dans le corps du Christ, pour l’avancement du royaume de Dieu sur terre.
Marié et père de 4 enfants, cet économiste et théologien de formation a déjà écrit 4 ouvrages dont : Ephraïm, petit-fils de Poti-Phéra, fils de Jacob «La gloire de l’adoption », le Mystère de la souffrance, le Mystère de la foi et Le moindre deviendra une Nation Puissante.  
 
Michel Luka