Pour la réussite de la 9ème édition de l’APA : le PGR Kabange s’appuie sur les ambassadeurs africains

0
36

En prévision des assises de la neuvième édition de l’Assemblée générale dee) qui se tiendront à Kinshasa, du 21 au 24 octobre 2014, le Procureur Général de la République s’est entretenu avec les ambassadeurs africains accrédités en République démocratique du Congo. La rencontre qui s’est déroulée le vendredi 19 septembre dernier, a eu pour cadre le salon rouge du ministère des Affaires étrangères.

 A l’ordre du jour : sensibiliser les diplomates africains en poste à Kinshasa pour qu’à leur tour, ils relayent le message d’invitation aux assises de Kinshasa auprès de leurs procureurs respectifs en vue de la réussite de cette grande fête des autorités du pouvoir judiciaire africaines.

Dans sa communication aux diplomates africains, le PgrFloryKabangeNumbi a exprimé clairement l’objet de la rencontre avouant qu’il n’a pas le pouvoir de réunir les diplomates pour parler de leurs pays ou encore moins des relations qui lient leurs Etats à la République Démocratique du Congo. Il s’agit plutôt de la sensibilisation des participants au rendez-vous de Kinshasa en vue de sa réussite.

« L’objet de notre rencontre porte sur la prochaine Assemblée générale de l’Association des Procureurs d’Afrique, APA en sigle, qui se tiendra du 21 au 24 octobre 2014 à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, Etat qui a bien voulu vous accréditer pour exercer vos mandats ».

Parlant de l’association, il a renseigné que l’APA est l’émanation de l’association internationale des procureurs qui est une organisation mondiale des procureurs qui totalise 15 ans d’existence. Il s’agit d’une organisation non gouvernementale, non politique, créée en juin 1995 à l’office des Nations Unies à Vienne, en réponse à la croissance rapide de la criminalité transnationale, a expliqué le Procureur KabangeNumbi.

L’APA s’assigne comme objectif : l’amélioration de la coopération internationale dans la lutte contre la criminalité. Notamment la lutte contre les crimes graves prévus dans la Convention de Genève de 1949 relative aux crimes de génocide, crime contre l’humanité, et les crimes de guerre.

            A cette liste, il faut également inclure d’autres crimes tels que le terrorisme, le blanchiment des capitaux,  la cybercriminalité, le crime organisé, le trafic des êtres humains, la circulation illicite des armes, le trafic des stupéfiants, l’immigration clandestine, les violences sexuelles, la piraterie maritime et aérienne, la criminalité pharmaceutique, etc. « Aucun pays ne pourra combattre ces crimes sans le concours d’autres », a fait savoir le Procureur aux ambassadeurs africains.

Avant d’indiquer que cette coopération est basée sur l’échange d’informations, d’expériences, la formation conjointe, les bonnes pratiques et la facilité de certaines procédures comme l’extradition.

            Créée en 2004, l’Association des Procureurs d’Afrique a  son siège à Maputo au Mozambique.

            L’orateur a, en outre, dévoilé les raisons de la rencontre du jour. Il s’agit d’éviter aux assises de Kinshasa de connaître le sort de celles de Praia (Cap Vert) tenues du 8 au 10 octobre 2013 où, malgré les thèmes riches y développés, la réunion n’avait pas connu la participation de plusieurs procureurs membres de l’association. C’est pourquoi FloryKabange voudrait prendre le taureau par les cornes afin de s’assurer la réussite de la 9ème édition de l’APA.

Dom

LEAVE A REPLY

*