Restitution des résultats du RESEN/RDC : 70 % d’enfants du primaire assurés de terminer le cycle

0
147

La présentation officielle du deuxième  Rapport d’Etat du Système Educatif National (RESEN) de la République Démocratique du Congo (de 2005 à 2012) a eu lieu le mardi 10 juin 2014, dans la salle Bakanja de Caritas Congo dans la commune de Barumbu, sous la coordination du ministre de l’EPSP et ESURES, en présence du représentant de l’Unesco en RDC, de la représentante adjointe de l’Unicef en RDC, Sylvie Fouet, de la secrétaire adjointe à l’ESU, etc.

 Le RESEN est composé de 8 chapitres qui fournissent une analyse détaillée du système éducatif congolais jusqu’en 2012 sur les points suivants : 1. Le contexte démographique et macro-économique dans lequel évolue le secteur de l’éducation ; 2. Les scolarisations et l’efficacité interne ; 3. Les coûts et les financements ; 4. La qualité du système éducatif ; 5. L’efficacité du système éducatif ; 6. Les disparités du système éducatif ; 7. La gestion du système éducatif ; 8. Les risques et conflits affectant le système éducatif. Ce dernier chapitre constitue aussi une innovation du RESEN RDC dans la mesure où il prend en compte la dimension « risques et conflits ». De manière globale, les travaux ont révélé que les effectifs scolarisés ont augmenté de manière significative à tous les niveaux de l’enseignement (un accroissement compris entre 11 % et 114 %). 70 % des enfants entrant aujourd’hui au primaire termineront le cycle. Il démontre également que le pays connait une stabilité politique depuis 2006, mais continue à faire face à une crise humanitaire complexe et multisectorielle, notamment dans l’est du pays. La RDC présente un contexte macroéconomique favorable pour le financement de l’éducation et les dépenses d’éducation ont augmenté fortement, mais restent à des niveaux relativement faibles sur le plan régional. En ce qui concerne les financements, il en résulte que les ménages contribuent largement au financement de l’éducation à travers plusieurs types de dépenses dont les plus importants sont les frais de scolarités (24 % pour l’Etat et 76 % pour les ménages). La RDC parait comme l’un des pays dans lesquels l’apport des ménages est relativement le plus élevé.

Selon l’affirmation du ministre Maker Mwangu lors de son allocution, l’objectif du RESEN est celui de présenter aux différents acteurs éducatifs, l’état actuel du secteur éducatif en RDC, avec espoir que les discussions autour de ce sujet soient à mesure d’apporter une amélioration dans ce domaine. Il a aussi souligné que ce deuxième rapport d’Etat du système éducatif national ne sera pas un document pour les archives, puisque le gouvernement prendra les dispositions nécessaires pour le mettre en action.

Notons que le diagnostic actuel du système éducatif, réalisé à la demande du gouvernement (entre avril 2013 et juin 2014), par une équipe nationale interministérielle, avec un appui technique du pôle de Dakar (IIPE/Unesco) et du bureau régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’ouest et du centre, est un diagnostic du système éducatif dans son ensemble, fondé sur une approche économique et basé sur des évidences. Il recourt également à de nombreuses comparaisons statistiques (au sein d’un même pays et avec d’autres pays) en vue d’identifier les forces et les faiblesses du système et les poches d’inefficiences existantes, ainsi que les contraintes qui s’exercent sur le système éducatif et les éventuels leviers politiques pouvant les aider à les éliminer. l

Myriam Iragi

LEAVE A REPLY

*