Ressources Naturelles des Grands Lacs : un sommet des Chefs d’Etat contre les pillards

0
25

Baudouin Hamuli Kabaruza, Coordonnateur national de la Conférence internationale pour la paix, la sécurité, la démocratie et le développement dans les Grands Lacs, était porteur, hier jeudi, d’une nouvelle à la presse. C’est, celle de la tenue, en novembre prochain à Kinshasa, d’un sommet régional des chefs d’Etat d’Afrique centrale sur l’exploitation illicite des ressources naturelles dans la région. Au total, douze pays dont le Kenya se donnent rendez-vous dans la capitale RD congolaise. Tous sont d’avis, a souligné Hamuli Kabaruza, que l’exploitation hors toute légalité est bien la conséquence des conflits armés signalés ça et là, avec en toile de fond, de massives violations des droits de l’homme dans la région. Il a souligné que la coordination nationale de la Conférence reconnaît les efforts déployés par les différents ministères en lien avec les mines et la coopération régionale dans la lutte contre l’exploitation hors normes des ressources naturelles. C’est la joie, a-t-il noté, d’apprendre l’existence des mécanismes de lutte mis en place par le ministère des mines avec l’appui de la Monusco. Il s’agit, a-t-il précisé, de démanteler des réseaux maffieux fort présents dans cette filière. Tout en reconnaissant les efforts déjà consentis, Hamuli a cependant plaidé pour une action de synergie dans la région. C’est bien sa joie que les hauts responsables des pays s’en soient mêlés. Au nombre des efforts signalés ça et là, il a noté la mise en place de Task force par l’Union européenne, la loi prise dernièrement par Barack Obama visant à combattre les diamants de sang, des plaidoyers de la Société civile et autres Ong internationales.

 Il a porté à la connaissance des journalistes que l’ensemble des pays de Grands Lacs campent sur une série de stratégies pour arriver à bout de l’exploitation hors normes des ressources. C’est notamment un mécanisme régional de certification des produits miniers, la formalisation en ce qui concerne le secteur informel où exercent, selon des statistiques en circulation, environ deux milliards d’acteurs, l’installation d’une banque de données sur le diamant de la région et l’initiative ITIE, orientée essentiellement vers les industries extractives.
 La grand’messe des chefs d’Etat sera précédée par un atelier d’experts en ce mois d’août. Puis viendra une réunion des ministres des mines de la région à Naïrobi au Kenya.                                                  
D-I.K

LEAVE A REPLY

*