Rentrée scolaire 2009 : La détérioration des infrastructures scolaires fait problème

0
58
Tous les parents sont sur le qui vive pour garantir la scolarisation de leur progéniture à la veille de la rentrée scolaire de cette année qui doit intervenir ce premier lundi du mois de septembre. Chaque parent espère placer son enfant dans la meilleure école possible. A l’occasion du lancement de la campagne nationale d’inscription en 1ère année primaire, organisée le 24 août dernier à Saint Martin, à N’Djili, Maker Mwangu, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), a exprimé son souci de faire de chaque enfant congolais un élève et demandé aux responsables provinciaux de l’Epsp de relayer cette cérémonie d’inscription aux niveaux des provinces.

     Ce vœu ministériel exige des préalables qui ne sont autres que les infrastructures d’accueil d’élèves. Un véritable casse-tête qui fait que malgré la bonne volonté, il y aura toujours un hiatus entre la réalité et le vœu car les infrastructures de base font défaut dans plusieurs provinces. Ici même dans la capitale, plusieurs écoles n’ont pas de pupitres. Les élèves étudient à même le sol. Malgré le nombre galopant d’enfants en âge d’aller à l’école, le nombre d’écoles viables est insuffisant. Par ailleurs aux plusieurs terrains et bâtiments scolaires sont purement et simplement spoliées par des particuliers dans toutes les provinces de la République, sans la moindre réaction de l’autorité.

     Les provinces ont des infrastructures scolaires plus délabrées que celles de la capitale. Devant cette situation, plusieurs solutions passant par la coopération multilatérale avec des organismes financiers internationaux ont été imaginées et mises en œuvre. Parmi ces organismes, on trouve principalement la Banque mondiale et la Coopération belge. Elles tentent, tant bien que mal, de réhabiliter les infrastructures délabrées ou simplement détruites aussi bien dans la capitale que dans l’arrière pays d’un côté et de l’autre de construire des nouveaux établissements scolaires pour faire face à la demande toujours croissante de la population en pleine croissance démographique.

 

 

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*