Relance économique et reconstruction du pays : les projets ambitieux de Joseph Kabila

0
26

Si l’environnement économique international s’est avéré très préoccupant à cause de multiples crises, il ne demeure pas moins vrai que le niveau des finances publiques du pays a connu une amélioration très sensible grâce à une discipline budgétaire qui a conduit le gouvernement à accéder au point d’achèvement de l’Initiative PPTE. Dans son discours sur l’état de la Nation, Joseph KABILA n’a pas manqué de rappeler avec plaisir que le contentieux vieux de 37 ans consécutif aux effets pervers de la politique de zaïrianisation des biens des expatriés ayant choisi le Congo comme leur deuxième patrie, a connu un heureux dénouement. Notamment par le programme d’indemnisation mis en place tout récemment en faveur des victimes de cette pratique qui a beaucoup détruit l’image du pays aux yeux de la communauté internationale. 

            La discipline budgétaire a produit des effets visibles au niveau du taux de change et celui de la croissance devant atteindre les 6 % cette année, selon des spécialistes des institutions de Breton Wood, s’est réjoui le président de la République.

 Avant d’indiquer que la remise de la dette extérieure va ouvrir les marchés financiers en promouvant les investissements rentables non seulement pour le pays mais aussi pour ceux qui ont mis la main au portefeuille. Un autre avantage de l’effacement de la dette extérieure est la possibilité de réaffecter les ressources hier destinées au service de la dette à améliorer les autres secteurs très sensibles, à savoir l’eau, l’électricité et la santé. Cependant, a-t-il mis en garde, tout cela n’est possible que si le gouvernement parvient à finaliser ses engagements vis-à-vis des conditions du système de l’OHADA et à résoudre l’équation de la décentralisation politique et financière.

            Pour Joseph KABILA, l’amélioration du secteur économique se fait sentir à tous les niveaux. Dans le secteur minier, la production est en train d’atteindre ses performances d’antan et risquent de les dépasser dans un temps record, ce qui va avoir comme effet bénéfique en favorisant la création des nouveaux emplois directs et indirects avec une incidence visible dans le panier de la ménagère. En plus de la maximisation des recettes fiscales, domaniales, administratives et douanières. Dans les provinces de deux Kasaï et du Katanga, l’on a enregistré des excédents dans la production du maïs, ce qui empêche la sortie des devises étrangères vers d’autres pays.

            Comment ne pas émettre les vœux de voir d’autres greniers comme l’Ituri et le Masisi augmenter leurs cheptels de grand bétail, Kiliba et Kwilu Ngongo faire de même afin que le pays n’importe plus la viande et le sucre ? s’est exclamé le chef de l’Etat.

            Tout cela est possible si l’on améliore le climat des affaires en revisitant notre législation économique et en évaluant nos ressources, a averti le président de la République. Cela par une politique claire et visionnaire essentiellement vouée à l’intérêt national. Avec une vision et une volonté, il est possible de réaliser en quelques mois ce que l’on n’a pas pu faire en plusieurs années, a déclaré Joseph KABILA en guise d’encouragement à la jeunesse sur laquelle repose l’avenir du pays. 

Programme ambitieux de la reconstruction

            Quant au programme de la reconstruction, celui-ci ne se limite pas uniquement aux routes, mais il concerne aussi la santé, l’éducation, l’eau et l’électricité, a signalé Joseph KABILA. Un programme de la réfection des universités est en cours et concerne les trois grandes universités du pays, à savoir l’Université de Lubumbashi, Université de Kinshasa, Université de Kisangani, l’Université Catholique de Bukavu et celle de Kindu ainsi que tous les instituts supérieurs éparpillés à travers la République. Il en est de même pour les écoles primaires et secondaires.

            Grâce aux différents cours d’eau au débit important, des chantiers seront ouverts bientôt pour améliorer la desserte en électricité dans bon nombre des villes. Pour la ville de Kinshasa, il est prévu au début de l’année prochaine le démarrage des travaux de la construction de la nouvelle ligne de haute tension entre Inga et la capitale politique, ce qui va supprimer l’hideux système de délestage qui dérange les Kinois. Ce qui nous arrive aujourd’hui, ce sont les conséquences de la lenteur administrative au niveau des décideurs politiques qui n’ont pas tenu compte de la croissance démographique galopante, s’est plaint le chef de l’Etat.

            Pour la santé, tout en saluant les travaux de la réhabilitation de l’hôpital du Centenaire ; Joseph KABILA est conscient que les efforts entrepris par le gouvernement feront à ce que le paludisme soit complètement éradiqué d’ici l’an 2020. En plus d’un programme ambitieux de la prévention des maladies sexuellement transmissibles pour lesquels le gouvernement consent d’énormes sacrifices avec l’assistance des partenaires extérieurs.

            L’actuel locataire du Palais de la Nation reste convaincu que le développement d’un pays aux dimensions d’un continent dépend en grande partie de la réhabilitation des infrastructures de base, dont particulièrement le secteur des voies des transports.  Pour cela, il promet « ‘de rouvrir dans l’urgence les routes permettant de réunifier le pays ». En plus du chemin de fer reliant les provinces du Katanga, les deux Kasaï et le Maniema. Dont le financement est déjà consenti par la Banque Mondiale, la Chine et le gouvernement de la République. Des discussions sont suffisamment avancées avec des partenaires extérieurs privés et publics pour la construction du port en eaux profondes de Banana et la réhabilitation de la ligne de chemin de fer Matadi-Kinshasa. Ces projets ambitieux ont comme objectifs primordiaux de réunifier le pays pour d’une part de rapprocher les différentes populations et d’autre part de réduire la dépendance en denrées alimentaires provenant de l’extérieur qui ne cesse de priver l’économie de ses recettes en devises étrangères. Des projets qui ouvrent des perspectives heureuses pour l’emploi dans ces provinces et même au-delà.           F.M.

 

LEAVE A REPLY

*