Règles du jeu : le grand flou !

0
36

 La Fédération du PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie) pour la ville de Kinshasa a tenu dernièrement, pendant trois jours, son colloque à la Fikin. Pourtant, le même site a été déclaré, il n’y a pas longtemps, non disponible pour les manifestations publiques, après que ses gestionnaires aient encaissé des acomptes pour sa location, de la part de l’UDPS et de la Dynamique Tshisekedi Président.

 Il y a deux semaines, le Palu a pu faire une démonstration de force à travers les principales artères de Kinshasa, jusqu’au Boulevard Triomphal, dans le cadre d’une marche de soutien à Joseph Kabila, dont l’une des résidences avait fait l’objet d’une attaque armée le 27 février 2011.
 Ainsi, l’environnement politique congolais fonctionne à deux vitesses. Alors que les leaders et militants des partis et regroupements politiques affiliés à la majorité au pouvoir jouissent de tous les droits dans l’organisation de leurs activités politiques (réunions, marches, meetings, congrès, colloques, conclaves, « universités », séminaires, etc), des obstructions systématiques sont orchestrées contre celles des acteurs politiques et combattants de l’opposition.

 Partout où les opposants tentent de faire passer des messages de sensibilisation à l’intention de leurs compatriotes, ils rencontrent bastonnades, répressions, mesures d’interdiction ou refus non inexpliqués de prendre en location des salles ou lieux publics.

Stade Tata Raphaël :
gros mensonge

 Le dernier cas en date concerne le Stade Tata Raphaël. Selon une correspondance antidatée, diffusée avec trois mois de retard et attribuée à un haut fonctionnaire du ministère de la Jeunesse et des Sports, ce temple du football serait fermé depuis le mois de novembre 2010, pour cause de travaux. Mais, curieusement, pendant qu’il est supposé être en réfection et partant ne plus pouvoir accueillir une quelconque manifestation, le Stade Tata Raphaël abrite régulièrement les séances d’entraînement du Daring Club Motema Pembe ainsi que plusieurs matches du championnat de l’Entente de football de Kinshasa.
 Pour s’en convaincre, il suffit de longer l’avenue Sendwe ou la bretelle qui relie Victoire à Sendwe ou encore l’avenue du Stade. Mieux, les habitants des quartiers Matonge, Kauka et Immo-Congo peuvent attester de la poursuite des activités sportives et autres au Stade Tata Raphaël. La question est de savoir à quoi sert le gros mensonge dont s’est rendu coupable la Direction des Infrastructures du ministère de la Jeunesse et des Sports.
 On a usé du mensonge pour décliner toutes les sollicitations de l’opposition à la Fikin, au Grand Hôtel Kinshasa, à l’Espace GB et maintenant au Stade Tata Raphaël. Les règles du jeu démocratique, en ce qui concerne la liberté d’expression, d’association et de manifestation, sont des plus floues. L’on se demande, au regard de la fermeture de l’espace politique à l’opposition et à ses animateurs, si la République Démocratique du Congo n’est pas en train de basculer dans un système de Parti-Etat qui ne dit pas son nom.
 Il est à espérer que le Président de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), Daniel Ngoy Mulunda, qui a pris l’engagement d’accorder un traitement égalitaire à tous les partis et acteurs politiques dans le processus électoral en cours, va prendre rapidement les choses en mains pour garantir à l’opposition son droit à la parole. Car, pour l’instant, elle souffre d’un sérieux étranglement vocal.
   Kimp

 

 

LEAVE A REPLY

*