Régies financières : du 22 mars au 16 avril

0
26

Cadres et  agents de la Dgi  à l’école de la mobilisation des recettes

Afin de répondre efficacement  à la nouvelle assignation du gouvernement faite aux régies financières  à travers le pacte de  dédoublement de  recettes, Vincent  Kabwa Kanyampa,  patron de la Direction générale des impôts (Dgi),  a ouvert lundi 22 mars, la  session de formation de mise à niveau pour le personnel de cette régie. Et c’est la salle de conférences de l’église Notre Dame de  Fatima à la Gombe qui a servi de cadre à cette cérémonie.
La session de mise à niveau concerne  principalement les instructeurs de contentieux, les huissiers fiscaux, les agents de recouvrement, les vérificateurs polyvalents  et gestionnaires de comptes qui vont être outillés de toutes les techniques nécessaires afin de booster de manière significative leur part de ce nouveau  contrat. Parce que s’ils y arrivent, ils auront mobilisé à  87% les  recettes assignées à la Dgi.

            Dans son mot de circonstance, Vincent  Kabwa Kanyampa,  attend de  cadres et agents en formation  venus de la Direction de grandes entreprises (Dge), Centre des impôts de la Gombe (Cdi) et du Centre des impôts synthétiques (Cis) et  grâce aux   enseignements dispensés  pendant trois semaines,  plus d’efforts à consentir pour  se débarrasser   de toutes les mauvaises pratiques qui ont élu domicile dans cette régie financière. Notamment,  la fraude, le vol, la  minoration de impôts, les contrôles fantaisistes, la corruption et d’autres pratiques.
            Car,  à son avis, se sont ces pratiques qui engendrent la gestion parallèle et  empêchent l’Etat de recouvrer ses droits, a dénoncé Vincent  Kabwa Kanyampa.
            Pour y  parvenir, le patron de la Dgi a affirmé  que  la stratégie pour atteindre les objectifs  s’articule essentiellement autour de trois axes. D’abord,  garantir un meilleur encadrement de recettes fiscales  par une tracabilité sans faille en élaborant un manuel de procédure qui sera connu de tous ; ensuite, la vulgarisation du code de bonne conduite ; enfin le troisième axe repose sur la sanction. Celle-ci est soit positive ou négative, selon le comportement de l’agent. Pour ce faire, Vincent  Kabwa Kanyampa a exhorté les séminaristes au sérieux qui doit caractériser la suite de travaux et de faire preuve de compétence.

A.Vungbo

LEAVE A REPLY

*