Pour refus de baisser les prix des pains : le DG de «Pain Victoire» aux arrêts

0
250

A cause de son refus d’observer la décision du gouvernement interdisant l’augmentation spontanée des prix des pains, le Directeur général de la Société Générale de Pain « Pain Victoire » vient se mettre en difficulté. Aux dernières nouvelles, a-t-on appris, Assi
Saleh a été mis aux arrêts hier jeudi 29 mars 2018 pour qu’il s’explique sur les raisons de son refus d’exécuter les décisions de l’Etat congolais, pays qu’il a choisi pour exercer ses activités commerciales.

Son arrestation fait suite à son entêtement à ne pas se soumettre aux injonctions données le lundi 26 mars à tous les responsables des usines de panification de Kinshasa, lors de leur convocation par le ministre d’Etat en charge de l’Economie nationale, Joseph Kapika.

On rappelle que les responsables des trois grands fabricants des
pains consommés dans la capitale – en l’occurrence la Société Générale
de Pain « Pain Victoire », l’Usine de Panification de Kinshasa (UPAK),
et Pain d’Or – ont été convoqués par le ministre d’Etat chargée de
l’Economie dans son cabinet le lundi 26 mars 2018 en fin de matinée.
Motif : fournir les raisons qui les ont poussés à augmenter, sans se
référer à l’autorité, les prix des pains.
Curieusement, le Directeur général de Pain Victoire s’est illustré
par un entêtement inexpliqué face à la décision du gouvernement. Le
mardi, soit le lendemain de l’instruction ministérielle, la SGP
(Société générale de pain) a continué à vendre ses produits aux
nouveaux prix, avec une augmentation moyenne de 50% sur chaque pain.
Et malgré le rappel à l’ordre lancé par le ministre de l’Economie
Nationale, après la mise en garde, Assi Saleh a fait la lourde
oreille, en maintenant la hausse alors qu’il avait pris l’engagement
la veille, avec les autres concurrents de rabaisser les prix des
pains.
Avant son interpellation, il a été entendu par des Officiers de
Police Judiciaire (Opj) sur ordre du ministre d’Etat en charge de
l’Economie qui lui a exprimé sa colère pour l’avoir défié. « Je l’ai
appelé ce matin pour lui faire part de mon mécontentement, mieux de ma
colère. Je l’ai mis à la disposition des officiers de police
judiciaire afin qu’il subisse la loi dans toute sa rigueur », a
déclaré Joseph Kapika.
Pendant que le DG Assi Saleh était en train d’être entendu par la
justice, un groupe d’inspecteurs économiques a été envoyé à  la
boulangerie de la Société Générale de Pain afin de veiller au respect
strict de la mesure gouvernementale.
«Son entêtement m’étonne. J’espère qu’il comprendra que l’Etat existe
dans le pays, où il a choisi d’investir, et qu’il ne peut pas défier
l’autorité de l’Etat indéfiniment », s’est exclamé Joseph Kapika.
Avant d’insister sur le fait que les boulangers doivent revenir aux
prix antérieurs en attendant que le gouvernement statue sur les
documents qu’on leur a demandés d’apporter, à savoir : les structures
des prix et l’origine de l’importation de leurs matières premières,
notamment la farine de froment et le sucre.
Par ailleurs, on laisse entendre que «Pain Victoire», qui fait partie
du groupe « Mino Congo », « Inalca » et « Trans Gazelle », fait
l’objet des soupçons de fraude fiscale et blanchiment des capitaux de
la part des OPJ rattachés au cabinet du Conseiller spécial du chef de
l’Etat chargé de la lutte contre la corruption.         Dom