Réforme des Finances publiques en RDC : un atelier d’échange d’expériences à Roméo Golf

0
348

On apprend toujours des expériences des autres dit-on. C’est la raison d’être de l’atelier pour la maîtrise de enjeux de la réforme des finances publiques en Rd Congo et de partage d’expériences ouvert hier, lundi 3 octobre par le ministre du Budget, Jean- Baptiste Ntahwa en présence de l’Ambassadeur de France en Rd Congo, Luc Hallade, à Roméo Golf dans la commune de la Gombe, devant des cadres du comité de reforme des finances publiques (Coref) et des ministres provinciaux des finances.

Parmi les intervenants à ces assises de deux jours qui se tiennent avec le concours de la coopération française, on compte un expert de l’Organisation pour la coopération et le développement de l’Europe, Ian Lienert ; un suédois, Ake Nordlander ; un français, Jean-Yves Parssegny ; un Conseiller résident du Fmi à afritec-Centre au Gabon, Abdoulahi Mfombouot et un burkinabés, Daouda Bayili. Ce sont des spécialistes dans leur pays ou institutions qui connaissent les méandres de la réforme budgétaire.
Bref, ce cadre de discussions et d’échanges d’expérience voulu pédagogique va permettre aux membres de Coref de comprendre les points forts et les écueils que nécessite ce travail pour l’assainissement des finances publiques. Mais également, a ajouté le ministre du Budget, de susciter un débat sur les différentes questions que soulèvent les orientations de la loi relative aux Finances publiques.

Jean-Baptiste Ntahwa a fait savoir que le gouvernement s’était engagé dans un programme de reforme ambitieux au travers de la nouvelle loi sur les finances publiques afin de doter le pays d’un outil de gestion et d’un système de Finances publiques répondant aux standards internationaux mais aussi une loi de finances capable de satisfaire les attentes de la population. Notamment à travers la réforme budgétaire, la reforme du système fiscal et de la politique fiscale. Pour lui, les expériences d’autres pays seront bénéfiques à la Rd Congo pour opérer de choix pertinents, mieux maîtriser les enjeux de la reforme et identifier les principaux aspects afin de tracer une trajectoire soutenable. Raison pour laquelle le Coref a été chargé d’élaborer un projet de chronogramme de mise en œuvre dans un bref délai de la nouvelle loi pour que les innovations qu’elle apporte soient maîtrisées par tous les acteurs tant du pouvoir central que provincial qui interviennent dans le budget de l’Etat.

Depuis peu, a reconnu Jean-Baptiste Ntahwa, les innovations apportées par la nouvelle loi ont radicalement transformé le droit et la pratique budgétaire en Rd Congo introduisant une rupture totale avec la pratique actuelle, en introduisant la culture de la performance dans la gestion publique avec une évaluation systématique des politiques publiques.

A.Vungbo

LEAVE A REPLY

*