Réforme de l’ONU : le ministre russe Lavrov : «La tâche de l’Onu est de s’adapter aux nouveaux défis»

0
35

En marge de la commémoration du 65 ème anniversaire de l’Onu, le ministre russe des Affaires Etrangères, S.V Lavrov, a accordé une interview à « La gazette russe » en date du 27 octobre 2010 pour expliquer ce que son pays attend de cette organisation mondiale.

D’entrée de jeu, le ministre Lavrov a indiqué que 65 ans est un âge posé pour une organisation mondiale. Néanmoins, toute la période d’après-guerre  témoigne de l’absence d’alternative à l’Onu en tant  que forum  multilatéral central qui possède le mandat universel  et la légitimité universellement reconnue.  

            Pendant ces sept dernières décennies, le monde a été secoué par plusieurs événements, à savoir, la guerre froide, le changement de l’équilibre des forces, la débâcle de l’URSS, ….. L’Onu est toujours là et est capable aujourd’hui d’utiliser les expériences accumulées  pour trouver des solutions aux nouveaux problèmes qui apparaissent ça et là.

            L’Onu est efficace autant que l’est la coopération de ses Etats membres. C’est un terrain où chaque nation indépendamment  de son poids politique et économique  a le droit d’exposer son point de vue et d’être entendu, souligne l’homme d’Etat russe.

            Tous les pays sont quasiment concernés par les problèmes de catastrophes naturelles, de terrorisme, de trafic de drogue, de changement climatique…. Cela nécessite une concertation pour une gestion globale  et une réforme des institutions internationales.

Malheureusement, les germes de conflits dans le monde sont nombreux, fait remarquer le ministre Lavrov.

            Evoquant les Objectifs du Millénaire pour le Développement « OMD », il a précisé qu’ils y sont attachés. C’est dans ce sens qu’ils ont augmenté leur contribution en direction des pays en voie de développement. Le montant global de l’aide au développement  est passé de 220 millions des dollars à 785 millions des dollars.

            Revenant à la réforme de l’Onu, le ministre russe des Affaires Etrangères précise que le processus doit mener au renforcement de la cohésion  afin d’augmenter l’efficacité de l’Onu. Cela concerne surtout l’élargissement du Conseil de sécurité.

            Il a souligné que les négociations relatives à la réforme du Conseil de sécurité avancent progressivement. Et ce en dépit des stratégies des représentants de certains pays qui tentent à dessein de forcer les choses.

            Enfin, il a dit que la Russie tient à ce que les discussions sur la réforme du Conseil de sécurité ne sortent pas du cadre de l’Onu. En définitive, la tâche de l’Onu est de s’adapter en conséquence aux nouveaux défis, a-t-il souligné. 

Jean- Pierre Nkutu 

LEAVE A REPLY

*