Reddition des FDLR : l’option militaire toujours sur la table

0
29

 « La Monusco ne va pas croiser les bras face aux exactions des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). Ces forces négatives doivent suivre le schéma de reddition volontaire. Nous n’avons jamais écarté l’idée d’une option militaire… ». Cette position de la Monusco a été réaffirmée, hier mercredi 20 août 2014, à l’occasion du point de presse hebdomadaire de la Mission, en marge du refus des rebelles rwandais de rejoindre le camp de relocalisation apprêté pour eux à Kisangani. En clair, ces FDLR s’exposent à des actions de désarmement forcé  si elles refusent de se rendre à Kisangani, un centre de transit prévu par le gouvernement congolais avant d’être soit rapatriés chez eux soit rejoindre un autre pays d’accueil.

A cette occasion, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende expliquent, hier toujours sur les antennes de la chaîne nationale, qu’ « il n’a jamais été décidé de négocier avec les FDLR ». Il a encouragé ces rebelles à désarmer volontairement comme ils l’ont demandé, brandissant au passage la menace d’un désarmement forcé.

 

Cette même position a été exprimée par les chefs d’Etats et des gouvernements de la Conférence Internationale sur la région des grands lacs  (CIRGL) qui ont lancé, jeudi 14 août dernier à Luanda  en Angola, un nouvel ultimatum jusqu’au 31 décembre 2014 aux FDLR pour déposer volontairement les armes et accepter d’intégrer le processus de démobilisation et rapatriement (DDRRR).

Il convient de souligner que les sources locales de la Section DDRRR de la MONUSCO de Kibati, ont également fait état de l’arrestation le 13 août 2014 par les troupes des FARDC dans une ferme locale basée dans la localité susmentionnée, située à 15 km au Nord de Sake, de 4 éléments armés supposés appartenir à l’ancienne rébellion du M-23. Des investigations sont en cours afin de déterminer l’identité réelle de ces hommes armés. La Force de la MONUSCO continue d’assurer la sécurité et de fournir l’appui logistique nécessaire au camp de Désarmement, Démobilisation, Rapatriement, Réinsertion et Réintégration (DDRRR) de Kanyabayonga, où des ex-rebelles des FDLR ayant récemment fait reddition avec les membres de leurs familles, ont été hébergés. A ce jour, ce camp héberge au total 305 pensionnaires ex-FDLR, dont 103 ex-combattants et 202 membres de famille.

Du 17 août 2014 à ce jour, 6 éléments en provenance de différents groupes armés, se sont rendus aux troupes onusiennes et aux bureaux DDRRR déployés dans la province, notamment à Butembo, Rwindi, Walikale, Buniyampuli et Nyabiondo. Il s’agit de 1 de l’Alliance des Forces Démocratiques (ADF), 1 FDLR, 3 du groupe Mayi-Mayi Cheka-Nduma Défense du Congo (NDC) [dont le ‘’Major’’ Machumbi Sebu Kangaga] et 1 du groupe Mayi-Mayi Force de défense congolaise (FDC).

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*