RECTIFICATIF

0
31

Dans notre édition d’hier mercredi 2 juin, spécialement l’article intitulé « Arrestation du député national Mukonkole et des provinciaux Muamba Tshishi et Molambo : L’Opposition dénonce les manœuvres d’intimidation et de musèlement », nous avons fait état de la déclaration de l’opposition parlementaire où elle dénonce les manœuvres du pouvoir tendant à intimider ou museler les opposants. Cas de l’arrestation du député national Martin Mukonkole et des  députés provinciaux Muamba Tshishi (Kasaï Occidental) et Oscar Molambo (Equateur).

Dans le même article, nous avons relevé le désaccord entre les membres de trois groupes parlementaires de l’opposition autour du texte de ladite déclaration, en démontrant que quelques uns ont refusé d’apparaître dans les images lors de la lecture de la déclaration au motif qu’ils ne se retrouvaient pas dans la mouture finale présentée à la presse.

Dans le lot des opposants à la formulation finale présentée, nous avons cité Jacques Lungwana.

Mais, il apparaît après négociation, que la présence de celui-ci aux côtés de ses collègues qui estimaient que le texte présenté ne reflétait pas la vraie pensée de l’opposition, n’était qu’un fait du hasard. Il s’était tout simplement éloigné du groupe en vue de fumer sa cigarette comme il l’a fait savoir lui-même, et non pour des raisons d’une quelconque protestation.

Car, a-t-on précisé, Jacques Lungwana qui est Secrétaire général du MLC ne pouvait se solidariser de son parti et du regroupement de l’opposition. Avant d’affirmer qu’il appuie entièrement le communiqué tel qu’il a été rendu public, et n’a aucune préoccupation ou revendication particulière à ce sujet. 

LP   

 

LEAVE A REPLY

*