Recrudescence de vol des voitures dans la ville de Kinshasa

0
47

Depuis un certain temps, comme on l’aura constaté, la ville de Kinshasa est devenue le théâtre de nombreux cas de vols des véhicules. Et ce sont les voitures taxis qui sont le plus ciblées avec ou sans la complicité des conducteurs. Ce genre de vols invite plus d’un à réfléchir, car le phénomène prend de plus en plus des proportions inquiétantes et met en péril, le métier de taximan. En effet, il ne se passe pas une semaine sans que soit enregistrée, la disparition d’un véhicule garé dans un parking. Outre le vol à l’aide de fausses clés de contact, des malfrats d’une classe à part, ont choisi de recourir à une méthode douce dans leur modus operandi. Ils offrent aux chauffeurs, des boissons rafraîchissantes imbibées de drogue. Selon des informations en notre possession, ces malfaiteurs utilisent des doses élevées de somnifères pour mieux assommer leurs victimes.

 Ainsi, après avoir consommé ces boissons, les chauffeurs sombrent dans un sommeil catalyptique de plus de 48 heures, et ne s’en remettent qu’après une cure de désintoxication.
 Comet Mundele, chauffeur de son état, habitant au quartier Mpudi n° 24/ A, à Matete, en sait quelque chose. Alors qu’il sillonnait les artères de Kinshasa, accroché au volant de sa Mitsubishi Lancer de couleur grise, immatriculée 4603 AB/ 10, il est hélé par un client posté devant l’immeuble de la Gecamines, sur le boulevard du 30 juin, à la recherche d’un taxi pour effectuer une course express. Comme il était seul, le conducteur Mundele a accepté d’exécuter le trajet, moyennant paiement de quelques billets de banque.
 Comme ce client sirotait un jus de fruits, il en offrit un flacon au taximan qui apprécia cet esprit de partage. Quelques gorgées avalées, Comet Mundele sentit peu après que ses esprits le relâchaient et s’arrêta avant de plonger dans un profond sommeil. C’est en ce moment que le fameux client le déplaça de son siège et prit le volant de sa voiture.


Au réveil, après 48 heures, une source a indiqué que Comet Mundele s’est retrouvé sur le lit d’une polyclinique, entouré des infirmiers et des membres de sa famille.
 Une plainte avait été déposée à la police. Lors des investigations, la Mitsubishi Lancer sera retrouvée par le Bataillon de la police criminelle basée au camp Lufungula. Elle était abandonnée au parking du bar-dancing «  Klubb », non loin du croisement des avenues Kasa-vubu et  Tombalbaye.
 La seconde victime de ce genre de vol, est Fiston Mamadou Makaba, résidant sur Bloc A 15, camp Lukunga. Sa mésaventure est intervenue dans un débit de boissons situé derrière la maison communale de Limete où il se désaltérait en compagnie de deux clients pour qui il venait de boucler une course express. Avant de le libérer, ces fameux clients lui avaient offert un lait caillé qu’il but goulûment. Et puis, il ne se rappelait plus de rien.
 Sa voiture, une Mitsubishi Lancer portait la plaque minéralogique 6630 AJ/ 01 de couleur grise.

Un membre de la bande appréhendé par la police


 Avec cette vague des vols, le Bataillon de la police d’investigations criminelles a déployé dernièrement ses limiers sur le terrain pour arrêter cette insécurité qui mettait en péril, le métier de chauffeur de taxis. La semaine dernière, Paty Baka est tombé dans les filets de cette unité de la police. A en croire une source, il demeurait sur Kimvula n° 39, dans la commune de Bandalungwa. Soumis à un feu nourri des enquêteurs, il dévoilé son modus operandi.
 Dès qu’il veut s’emparer d’un véhicule, il sollicite une course express et propose gros au conducteur. Après accord, Paty Baka met sa victime en confiance en lui offrant un rafraîchissant drogué. Quelquefois, il recourt à un autre mode opératoire. L’usage d’un trousseau de fausses clés de contacts.
 La police a saisi entre ses mains, une Mitsubishi Lancer immatriculée 5189 AG/ 01, de couleur rouge, dont il reconnaissait qu’elle provenait d’un vol.
 Les enquêteurs de la police criminelle sont actuellement occupés à reconstituer le palmarès de ses vols perpétrés à l’aide des somnifères et ceux commis avec de fausses clés de contact. Peut-être que les membres de sa bande seront traqués à l’occasion de ces investigations.
 Les chauffeurs qui réalisent aujourd’hui, les nombreux risques de vols auxquels ils sont exposés avec les courses express, se demandent comment ils peuvent désormais faire les comptes de recettes journalières, en se privant de ce genre des courses.


                                J.R.T.

LEAVE A REPLY

*