Recherchés depuis mars 2010 pour plusieurs extorsionsDes braqueurs des taxis rattrapés par la police

0
34

Dans notre édition n° 3813 du jeudi 22 avril 2010, Le Phare s’est fait l’écho de plusieurs cas de braquage perpétrés par des malfrats à bord des voitures taxis et des mini-bus dans la ville de Kinshasa.

 Le Bataillon de la police d’investigations criminelles qui a enregistré une série des plaintes sur ce genre des méfaits, s’est vite intéressé sur les portraits-robots des malfaiteurs que toutes les victimes décrivaient comme des hommes en uniforme. Sur cette piste, la nasse des enquêteurs s’est subitement remplie de nombreux suspects. Certains parmi eux continuaient à utiliser non seulement les téléphones arrachés à leurs victimes, mais également les sims de ces dernières. C’est là, la pièce-maîtresse  à conviction et l’un des éléments qui a guidé les limiers du Bataillon de la police d’investigations criminelles sur la ligne droite de vrais auteurs de braquages, et a favorisé leur capture. Trois hommes en uniforme ont été appréhendés, l’un après l’autre, comme des lapins.

 

Il s’agit de l’adjudant-chef Venance Lutambi, matricule 445520 K, adjudant Tambangi Soki, matricule 449257 K, et le civil, Matondo kwa Nzambi, domicilié sur avenue Tuwizana n°168, commune de Selembao.
A part les faits commis précédemment, on reproche à cette bande plusieurs braquages en mars dernier. Un matin, ces malfaiteurs avaient réquisitionné le mini-bus peint en bleu jaune immatriculé KN 5511 BM, sous prétexte d’aller transporter des prévenus. Chemin faisant, ils demanderont au chauffeur de n’embarquer que les personnes que eux-mêmes vont désigner. A bord, les victimes, hommes et femmes, sont fouillées et dépouillées de leurs biens, tels que des téléphones cellulaires et des sommes d’argent.

 L’une des victimes entendues plus tard par les enquêteurs du Bataillon de la police d’investigations criminelles, Lukele Mboko, relate encore sous l’effet de traumatisme doublé de révolte. Le 16 mars, vers 10 H 30’, j’ai embarqué dans le Toyota Hiace sur avenue Bangala, au coin de la Maternité de Kintambo. Curieusement, les autres passagers que j’ai trouvés à bord, scrutaient ma mallette de leurs regards. Menaces avec un revolver. Ils se sont emparés de la somme de 1.500 dollars, 13.551.000 FC, mon téléphone portable et ma carte d’électeur.    

 Abandonné au quartier Delvaux, j’ai dû me débrouiller pour regagner mon domicile où j’ai raconté ma mésaventure aux membres de ma famille et mes proches. 

Selon des informations en notre possession, le chauffeur Mbosa Matuseka, résidant sur avenue Mayela n° 14, quartier Lubudi, commune de Selembao, ainsi que son convoyeur Tungu Mukinzi, habitant sur avenue Bitongi n°12, quartier Jamaïque, commune de Kintambo, ont été interpellés. C’est grâce à leurs témoignages sur les nombreux braquages opérés par cette bande, que les enquêteurs du Bataillon de la police d’investigations criminelles ont pu dresser le butin réalisé ce jour-là par les malfaiteurs.
Les prévenus adjudant-chef Venance Lutambi, adjudant Tambangi Soki et Matondo kwa Nzambi ont reconnu les faits, mais contesté le montant du butin, tel que présenté par leur victime. Ils viennent d’être transférés à l’auditorat militaire de garnison de Ngaliema où ils devront répondre de leurs braquages.

J.R.T.  

 

LEAVE A REPLY

*