Recalée la veille …

0
28

Les incidents d’hier au Palais du Peuple sont venus, en réalité, pousser une porte déjà ouverte la veille. En effet, lors de la Conférence des présidents des groupes parlementaires appelée à débattre des matières à inscrire à l’ordre du jour de la plénière du mercredi 19 mai 2010, les participants ont constaté plusieurs anomalies sur les listes en annexe à la motion de censure de l’opposition parlementaire articulée contre le Premier ministre.

Il s’agit des cas de doublons de signatures (Honorables Marcel Tshibuyi Mikambe et Valentin Bope Bope Shamba), mais aussi signature non conforme (Patrick Mazembele a saisi la plénière par motion incidentielle). Rien qu’à la lumière de ces irrégularités, la motion de censure, annoncée au départ avec 126 signature, en était réduite à 124, c’est-à-dire en-déça du minimum de 125 signatures requises pour conférer un caractère légal à une motion de censure contre le gouvernement.

La Conférence des présidents des groupes parlementaires avait du reste invité François Muamba (Mouvement de Libération du Congo), Gilbert Kiakwama (Chrétiens Démocrates) et Roger Lumbala (Ordre des Démocrates Républicains), à retirer leur motion de censure séance tenante. Mais, cela n’a pas été fait.

Selon toute logique, le document ficelé par l’opposition parlementaire, au stade où il se trouvait hier, ne pouvait être présenté en plénière, au risque de connaître le même sort que celui lui réservé la veille par la Conférence des présidents des groupes parlementaires. S’agit- il d’une partie remise ou de la fin d’un feuilleton ? La question reste posée.

On rappelle qu’en fin d’année dernière, la motion de défiance apprêtée par le député Clément Kanku avait été cassée par une motion incidentielle de l’honorable Pius Muabilu, au motif qu’elle péchait par un vice de forme, le chef du gouvernement ne pouvant faire l’objet d’une telle charge.                                                        

Kimp.

LEAVE A REPLY

*