Rebondissement du dossier A. Tungulu : la RDC à la barre le 10 novembre à Bruxelles

0
35

Contrairement à ce que l’on pensait, au regard des protestations virulentes des officiels congolais, la République Démocratique du Congo, à travers ses avocats, maîtres Mbemba et Moma, a introduit le vendredi 28 octobre 2010 une « tierce opposition » contre l’ordonnance du juge belge du Tribunal de 1ère Instance de Bruxelles, prise le lundi 04 octobre 2010, sommant le gouvernement congolais de restituer la dépouille mortelle de Armand Tungulu à sa famille sous peine d’une astreinte de 25.000 Euros par jour de retard. Ainsi, la RDC, partie accusée, va se retrouver le mercredi 10 novembre 2010, devant la barre de la même juridiction, face à Me Jean-Claude Ndjakanyi, qui défend la veuve Tungulu et a ses enfants, représentant la partie plaignante. 

            Selon les avocats de notre pays, l’ordonnance sus évoquée avait été prise dans l’irrégularité, étant donné que l’Etat congolais était absent à l’audience.

            On rappelle que l’affaire tourne autour de la mort par suicide, selon la version officielle livrée par le Procureur Général de la République, le 02 octobre 2010 dans un cachot de la Garde Républicaine, d’Armand Tungulu, un Congolais résidant en Belgique, arrêté le mercredi 29 septembre 2010 à Kinshasa, devant la Maison Schengen, dans la commune de Lingwala, sur l’avenue de la Libération (ex-24 Novembre), pour avoir caillassé le cortège présidentiel. Sa veuve et ses enfants avaient porté plainte contre la République Démocratique du Congo devant le Tribunal de 1ère Instance de Bruxelles, pour réclamer le rapatriement, en Belgique, du cadavre du défunt, en attendant d’autres poursuites judiciaires pour la réparation des préjudices moraux subis.

            A  l’approche du nouveau round judiciaire de l’affaire Tungulu à Bruxelles, on apprend que sa famille biologique à Kinshasa vient de retirer la plainte qu’elle avait introduite le 20 octobre 2010 auprès du Parquet Général de la République contre l’Etat congolais pour « non protection des citoyens ».  Me Bolio, avocat des Tungulu de Kinshasa, n’a fourni aucune explication au sujet du désistement de ses clients.

            Certaines sources soutiennent que ceux-ci auraient peut-être reculé suite aux rumeurs circulant sur le net et faisant état d’une grosse somme d’argent qu’on aurait mise à la disposition des proches de Tungulu, à Kinshasa, pour les convaincre d’aller reconnaître sa dépouille à la morgue et de procéder à son inhumation. La peur du scandale aurait probablement interdit tout passage en force contre la volonté de la veuve.

            Il est toutefois bon de savoir qu’en son temps, la veuve Tungulu et ses enfants avaient dénié à la famille Tungulu résidant en RDC le droit d’ester en justice ou de retirer son cadavre de la morgue de l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa, où il est gardé depuis sa mort, en raison du fait que le défunt était légalement marié et avait laissé deux orphelines comme enfants légitimes. Les plaignantes, appuyées en cela par la mère d’Armand Tungulu, avaient mis en doute l’existence d’une nommée Stéphie Tungulu, âgée d’une vingtaine d’année, qui se fait passer pour une des filles de leur mari et père.

 KIMP

 

LEAVE A REPLY

*