Réactions des députés au Projet de Budget 2012 : le Mlc Busa pour la rationalisation des dépenses publiques

0
31
Présenté le vendredi 22 juin devant l’Assemblée nationale par le premier ministre Augustin Matata, le projet de budget de l’Etat de l’exercice 2012 est au centre de vives critiques de la part de ceux qui ne participent pas à la gestion de l’appareil étatique.
Parmi ceux qui ont émis des critiques, on a Jean- Lucien Busa, président du groupe parlementaire Mlc et alliés.
C’est au cours d’un point de presse animé dimanche 24 juin à Faden House, que l’élu Mlc du territoire de Budjala dans la province de l’Equateur a donné sa lecture du projet présenté par le gouvernement Matata.
Pour Busa Tongba, les prévisions budgétaires du gouvernement sont irréalistes et ne seront jamais atteintes d’ici le 31 décembre 2012. 
On rappelle que le projet présenté par le premier ministre se chiffre à l’équivalent de 8 milliards de dollars américains dont 5 milliards de recettes propres et 3 milliards d’apports extérieurs.
Il estime qu’un budget réaliste ne dépasserait pas le cap de 5 milliards de dollars.
En outre, il a fustigé le manque de transparence du gouvernement notamment en ce qui concerne les recettes à mobiliser par certains services de l’Etat, à l’instar des régies financières comme la DGDA (Direction générale des douanes et accises).
Il trouve que ce service de l’assiette publique devrait mobiliser plus que les prévisions avec des équipements modernes dont il est doté pour lutter contre la fraude. Avant de dénoncer la mauvaise foi ou la complicité qui serait entretenue pour ne pas installer ces équipements partout où ils devaient être, notamment à tous les postes frontaliers.
C’est le cas du scanneur de détection qu’on devait installer depuis longtemps à l’aéroport de Ndjili. Curieusement, on préfère continuer à ouvrir et fouiller les valises des gens en lieu et place de détecter automatiquement le poids et le contenu comme ça se fait dans le monde moderne.
 
La Présidence et la primature se tapent la part du lion
 
Autre critique émise par Jean-Lucien Busa est la mauvaise répartition des dépenses. La Présidence et la Primature semblent consommer l’essentiel du budget national, cela au détriment d’autres secteurs de la vie nationale, pendant qu’on parle de plus en plus des efforts pour l’amélioration du social des Congolais.
A titre d’exemple, il a cité deux milliards de Francs congolais, soit l’équivalent de 2.200.000 $US, qu’on alloue à l’ancien Premier ministre Antoine Gizenga, alors que le budget moyen d’un institut supérieur pédagogique s’élève à quelque 100 millions de Fc ! Donc, conclut-il, un ancien Premier ministre doit avoir un budget équivalent à celui d’une vingtaine d’ISP ?
Sur la même lancée, il a aussi dénoncé un budget de 23 millions de dollars qu’on alloue au programme de la nouvelle citoyenneté.
Se référant à l’exercice 2011 où la Présidence et la Primature avaient fait un dépassement de 435% dont 296% pour la Présidence, Busa Tongba pense que rien n’a changé. Le peuple continue à être sacrifié au profit des politiciens, particulièrement les dirigeants.
Comme remède, il plaide pour la rationalisation ou la bonne répartition des dépenses, qui tiennent compte de toutes les catégories sociales.
 
L’orateur a également passé en revue d’autres sujets d’actualité nationale. La situation sécuritaire de l’Est, le lancement prochain des billets monétaires à valeur faciale élevée.
Concernant l’insécurité ayant élu domicile dans la partie orientale, il charge les dirigeants d’émanation de l’AFDL de dire la vérité au peuple sur les accords signés avec leurs anciens alliés.
Pour ce qui est des billets à valeur faciale élevée, il ne voit pas de problème au plan technique. Sauf. Il trouve justifier la crainte de la population qui soupçonne leur éventuelle détention préalable par certains dignitaires du régime.
 
Dom

LEAVE A REPLY

*