RDC : record des réfugiés dans le monde

0
81

Le monde entier a célébré hier lundi 20 juin 2016, la journée mondiale des Réfugiés. En marge de la commémoration de ce jour placé cette année sous  le thème : «  Ensemble avec les réfugiés, aux côtes des réfugiés  », le Collectif des Ongdh de la RDC (Anges du ciel, Avocats sans Frontière, Fondation Bill Clinton Pour la Paix, Dieu Défenseur Universel, Fondation Paix sur Terre) a d’une part, au regard de ses analyses de la situation actuelle, déploré le fait que la RDC est parmi les pays qui battent le record des réfugiés politique à
travers le monde.

D’autre part, il a soutenu dans sa déclaration faite à cette occasion, que si certains pays africains sont  en train de faire des efforts pour  assister les  réfugiés, tel n’est pas le cas pour  la RDC, malgré la promulgation de  la loi Présidentielle 021/2002 du 16 octobre 2002 mettant en place la CNR  comme structure d’assistance aux réfugies qui, souligne le Collectif,  ne remplient pas pleinement son rôle et  est  quasi inexistant faute des moyens financiers, la mettant ainsi  à la merci du secrétariat permanent qui ne remplit pas la mission lui assignée, conformément à l’article 9 de la loi.

Ainsi donc, le Collectif a formulé des recommandations à toutes les parties prenantes afin de trouver des solutions pour faire avancer la situation des réfugiés sur les territoires congolais.

Au Gouvernement Congolais :

De  mettre en application la loi 021/2012 du 16/10/2006 portant statut
des réfugiés au Congo.
–   Au Ministère de l’intérieur décentralisation et affaires coutumières :
–   De prendre l’initiative de la restructuration de la CNR pour une
meilleure efficacité et d’accélérer le processus pour le changement de
l’ancien TVC de la convention de Genèse

Aux  membres de la CNR :

– De remplir leurs devoirs et obligations.

Aux  HCR :
– De prendre  toutes les dispositions pour veiller à la bonne marche
de cette structure,
– D’accompagner la CNR pour régler le problème des Titres de voyage de
la Convention de Genève de 1951 afin de permettre aux réfugiés de
rentrer dans leurs droits,

A la communauté Internationale :

–  D’augmenter leurs aides au HCR en faveur des réfugiés et demandeurs
d’asile pour être efficace sur terrain,
–         De revoir leur projet pour la réinstallation aux pays tiers
malgré l’afflux massif des réfugiés de la Syrie, Libye, Afghanistan…
etc.
Étant donné que  l’intégration locale s’avère impossible par ce que
l’État Congolais n’a pas de projet d’intégration locale des réfugiés.
Aux organismes des droits de l’homme tant nationaux qu’internationaux :
– De continuer à mettre la pression sur les états qui ne remplissent
pas leur devoir concernant les lois et règlements nationaux et
internationaux ratifiés par ceux-ci.
Myriam Iragi