RDC : nouvelle alerte de Perriello !

0
1285

thomas pirrielloThomas Perriello, Envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique dans les Grands Lacs, est effectivement rentré vendredi à Kinshasa, comme il l’avait promis le mardi 29 novembre devant la Commission des droits de l’homme du Congrès américain, où il était intervenu pour faire état du pire que risque de connaître la République Démocratique du Congo si un consensus politique n’est pas trouvé avant le 19 décembre 2016.

En dépit de cette mise en garde, le rapprochement tant espéré entre la Majorité Présidentielle et le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement, sous la médiation de la CENCO(Conférence Episcopale Nationale du Congo) semble s’éloigner.

C’est sans doute pour ne pas gaspiller la lueur d’espoir qui ne s’est pas encore atteinte entre les deux camps politiques que Thomas Perriello, accompagné d’une forte délégation des membres de l’ambassade de son pays à Kinshasa, s’est de nouveau présenté hier dimanche 04 décembre 2016 à Limete, à la résidence d’Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le
Progrès Social) et du Conseil des Sages du Rassemblement.
Selon les échos parvenus à la rédaction du journal Le Phare, le
énième déplacement du diplomate américain chez l’opposant historique
congolais s’inscrivait dans le cadre des actions de médiation menées
parallèlement à celles des Evêques, dans le souci d’amener les
pro-Kabila et pro-Tshisekedi à parvenir à un compromis politique, mais
aussi à obtenir un peu plus d’éclairage sur le cahier de charges du
Rassemblement, dont on dit qu’il présente plusieurs points de
convergence avec l’Accord politique du Camp Tshatshi.
Comme dit devant les Congressmen il y a une semaine, Thomas Perriello
a une fois de plus souligné le caractère incontournable d’un Accord
politique inclusif entre la Majorité Présidentielle et l’Opposition
réunie au sein du Rassemblement. Dans l’hypothèse de la persistance de
l’impasse politique au-delà du 19 décembre 2016, il redoute le
scénario d’une situation incontrôlable et incontrôlée. D’où son vœu et
celui de son pays est que toutes les parties prenantes à la crise
politique congolaise ne prennent pas le risque de laisser pourrir la
situation jusqu’à cette date fatidique.
D’où aussi  sa recommandation insistante sur la nécessité pour la
Majorité Présidentielle et le Rassemblement de ne pas mettre une croix
sur la démarche louable de la CENCO.
Les observateurs notent qu’en dépit du constat d’échec fait par
certains « faucons » de la Majorité au sujet de la médiation des
Evêques catholiques, la diplomatie souterraine continue de piocher
pour dégager une piste de solution. Dossier à suivre.
Kimp