RDC-MONUSCO : Mende dénonce les « ingérences »

0
50

fardcLambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement s’est entretenu hier lundi 16 février avec la presse. Au menu : la rencontre entre le chef de l’Etat, Joseph Kabila, et les ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques des principaux partenaires de la RDC, et le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, le dimanche 15 février 2015.

Le ministre porte-parole a révélé que cette rencontre avait deux points, à savoir :

– l’état des relations de la RDC avec la Monusco concernant les opérations de désarmement forcé des FDLR ;
– les attitudes et comportements de certains diplomates en poste à Kinshasa qui ne cadrent pas avec les conventions internationales régissant les relations entre Etats.

« Au sujet des relations entre la RDC et la Monusco, le chef de l’Etat a rappelé à ses interlocuteurs que c’est à la demande des autorités congolaises que les casques bleus des Nations Unies sont venus dans notre pays pour prêter main forte aux institutions nationales en proie à une agression qui menaçait le pays dans ses fondements les plus intrinsèques.

Chargée de l’observation des péripéties de la crise congolaise au départ, la mission onusienne s’est vue confiée par la suite, et successivement des tâches de maintien   (peacekeeping) et d’imposition de la paix (peace inforcement) toujours à la demande du Gouvernement de la RDC », a fait remarquer Lambert Mende.

Après avoir rappelé les différentes situations de crise que le gouvernement a eu à gérer avec les responsables de la mission onusienne, Joseph Kabila a dénoncé certains comportements indélicats dont l’un ou l’autre diplomate a fait montre.

« Mais, le gouvernement de la République s’est toujours abstenu de recourir à l’invective ou à l’anathème pour y donner suite. Ces affaires peu ragoûtantes dans lesquelles étaient impliqués des préposés de la Monusco ont toujours fait l’objet d’un débat adulte dans le cadre établi entre partenaires.
Il est désagréable pour nous de constater que les responsables des Nations unies ont choisi l’attitude diamétralement opposée d’une gestion incantatoire qui jette sans raison objective le discrédit sur les institutions congolaises.
Nous avons noté également que la communication de l’ONU sur le dossier du désarmement des FDLR à l’Est de la RDC s’est caractérisée ces derniers jours par une certaine cacophonie entre différentes sources. Les déclarations des officiels ici et là étaient contradictoires, approximatives, chose grave, teintées de chantage à l’encontre de la RDC.
Le Président de la République a rappelé à ses invités qu’aujourd’hui, personne ne pouvait donner des leçons aux forces de défense et de sécurité de la RDC sur les meilleurs voies et moyens d’en découdre avec les forces négatives des FDLR ».
Autre point de discordance entre Kinshasa et les diplomates, selon le ministre, c’est la remise en cause par les responsables de la Monusco de la nomination de certains officiers généraux des Fardc. Pour lui, il s’agit là d’un acte souverain posé conformément à la Constitution et aux lois de la République.
Abordant le deuxième point relatif aux agissements et comportements de certains diplomates en poste à Kinshasa, Lamber Mende a indiqué que le chef de l’Etat les a invités à cesser de considérer la RDC comme un pays conquis ou une sorte de Far West où tout est permis.
Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement a tenu à rappeler que c’est pour la 3ème fois, en l’espace d’une année, que Joseph Kabila fait la mise au point à l’intention des diplomates accrédités en RDC.
La communication terminée, il s’est livré au rituel jeu des questions et réponses des journalistes.

Dom