RDC : Lancement du plan d’action humanitaire 2102

0
43

Ce plan vise un renforcement de la protection de la population civile ainsi qu’une restauration des moyens de subsistance des communautés affectées par les crises. Le plan d’action humanitaire 2012 a été lancé le mercredi 1er février dans la grande salle Bodega  de l’hôtel Résidence, commune d’Ibanda, dans la ville de Bukavu au sud Kivu. Ce plan se fixe comme objectifs stratégiques le renforcement de la protection de la population civile dans les zones affectées par les crises, l’amélioration des conditions de vie et la réduction de la vulnérabilité des personnes et communautés affectées par les crises. Il s’agit aussi de la réduction de la morbidité et la mortalité au sein  des populations affectées par les crises ainsi que la restauration des moyens de subsistance de ces communautés sur la base de critères de vulnérabilité, en concertation avec d’autres structures de coordination.
Estimant à 718 millions USD les besoins humanitaires pour 2012, montant, bien qu’en légère régression par rapport à 2011, Fidèle Sarassoro, Coordonnateur humanitaire, a affirmé que l’évaluation de ces besoins humanitaires pour 2102 et la définition de ces objectifs ont été faites sur base d’une démarche participative. Cela, avec l’implication des autorités congolaises. Le coordonnateur humanitaire a précisé qu’en 2011, le plan d’action humanitaire a été financé à 62%, soit plus de 448 millions USD.

Identifiant comme facteurs de crise un haut niveau de violence armée à l’Est du pays, de fréquentes opérations d’expulsions d’immigrés congolais, des conflits intercommunautaires liés à l’accès à la terre, à la pêche ainsi qu’au pouvoir traditionnel, David Goetghebuer, procédant à la présentation de ce plan d’action, a retenu quelques stratégies.
Il s’agit de la définition d’un cadre global permettant de trouver des réponses adéquates, la définition des objectifs réalistes en RDC, une distinction entre des zones touchées par un conflit armé et les autres zones, la prise en compte du rôle du rôle essentiel des familles d’accueil, des réponses ciblées sur les besoins humanitaires ainsi qu’une facilitation d’une transition vers le développement. Et cela, grâce à un budget global de 718.555.610 dollars américains.

 Représentante des ONG internationales, Mme Elionor Raikes a estimé que les grandes parties de la RDC sont loin d’être stables sur le plan sécuritaire et que la crise humanitaire n’est pas encore terminée. Plusieurs maladies ainsi que le taux élevé de malnutrition à travers le pays exigent une attention particulière. En 2011, une crise humanitaire a touché une partie des provinces en RDC.

Actuellement, au Sud-Kivu, dans le territoire Shabunda, l’on note le déplacement de dix mille personne. Au Nord-Kivu, on compte trente cinq mille personnes, au carrefour des territoires de Massissi et Walikale. Une crise humanitaire se fait aussi remarquer dans la Province Orientale, au Maniema, du Katanga ainsi que dans les province de l’Ouest du pays, particulièrement le Kasaï Occidental, le Bas-Congo et Bandundu avec le retour des Congolais expulsés d’Angola.
Pour sa part, Marcellin Cishambo, gouverneur de la province du Sud Kivu a indiqué que le choix de sa province pour le lancement de ce plan d’action justifie la volonté de redorer l’image de cette partie du pays, présentée comme la capitale mondiale du viol, massacre. Avec ce plan d’action, la province ainsi que la RDC tout entière travailleront maintenant sur des cibles.

Il faut noter que ce plan d’action humanitaire 2012 , qui connaîtra la coordination du bureau de Ocha est placé sous le signe de l’espoir  car, la RDC a enregistré des progrès notables au cours de l’année 2011. Plus de 800.000 personnes déplacées internes sont retournées chez elles au cours des 18 mois derniers, dans certaines zones du Kivu et Equateur et, plus de 21000 réfugiés sont revenus en RDC. La malnutrition sévère, cause majeure des décès des enfants en bas âge, a reculé au niveau national, malgré une dégradation dans certaines provinces. Le nombre de personnes en crise alimentaire et moyenne de substance aiguë a baissé de 4,3 millions en mai à 4 millions en octobre.
Par ailleurs, c’est avec la projection d’un film sur la situation humanitaire en RDC, suivi d’un jeu de questions-réponses que s’est clôturée cette cérémonie du lancement du plan d’action humanitaire 2012 qui a connu aussi la participation des membres du gouvernement central.

Yves Kadima (C.P.)

LEAVE A REPLY

*