RDC-Egypte : protocole d’accord pour une ferme agricole à Menkao

0
480

carte rdcLa République Arabe d’Egypte, à travers son ambassade en RDC,  a signé hier jeudi 10 mars 2016, à son siège, avec la Réserve Stratégique Générale, une branche des services de la présidence congolaise, un protocole d’accord qui porte sur la construction d’une ferme agricole commune sur le site présidentiel de Minkao, dans la commune de Maluku. Six cents hectares de terres sont affectés à la construction de cette ferme commune dont la moitié est concernée par le début des travaux. Le coût total des travaux  est estimé à 4.000.000 dollars américains.

La signature de ce protocole d’accord témoigne du respect des engagements pris par l’Egypte envers la République Démocratique du Congo, a soutenu l’Ambassadeur égyptien. Il a par ailleurs précisé que cette ferme agricole commune est la 1ère du genre dans les relations entre les deux pays. Deux autres fermes similaires seront construites  en République Démocratique du Congo dans le cadre de cette coopération bilatérale. Cependant, il a invité les autorités congolaises à donner à l’Egypte les moyens de protection de cette collaboration qui s’étend sur une durée de 10 ans, avant d’être réévaluée conjointement.

            Directeur Exécutif de ce projet, le Dr. Mayer a déclaré qu’à travers la réalisation de ce projet, un seul but est poursuivi : consolider les relations entre l’Egypte et le continent africain tout entier. Car, le développement durable et la bonne gouvernance exigent le transfert des connaissances  et des technologies, et son impact se reflètera à travers l’augmentation des produits dans un bref délai.

            Pour sa part, Mariam Sita, Directrice Générale de la Réserve Stratégique, a soutenu que le procès-verbal qui vient d’être signé est un socle du démarrage du projet. A travers cette signature, les deux pays viennent d’apporter un appui conséquent au social du peuple congolais.

            Par ailleurs, il faut signaler que la signature de ce procès-verbal est consécutif à celle d’un contrat exécutif au Caire, en Egypte, en février 2015, entre les deux pays. Il comprend, en dehors d’un terrain de six cents hectares, la construction d’un patrimoine immobilier, de deux logements  pour les experts Egyptiens et d’un logement pour les travailleurs congolais, l’acquisition d’un tracteur agricole ainsi que la mise en place d’un groupe électrogène pour faire face aux déficits de l’électricité  .

Yves Kadima