RDC : Caritas entame la 2ème phase de reconstruction des écoles sur financement du Gouvernement

0
39

Après sa 1ère phase qui a vu 500 écoles reconstruites à travers le pays sur fonds propres du Gouvernement, la seconde phase du Projet de Réhabilitation et de Reconstruction des Infrastructures Scolaires (PRRIS 2) est désormais une réalité. Des chantiers sont pour cela ouverts dans plusieurs Provinces de la RDC. Caritas Congo Asbl, l’une des Agences Locales d’Exécution de ce vaste programme initié par le Chef de l’Etat Joseph Kabila, doit reconstruire au moins 37 écoles pour cette seconde phase du PRRIS.

« 25 écoles sont programmées au Kasaï Occidental, 8 pour la Province Orientale et 4 pour le Kasaï Oriental », a précisé samedi 06 juin 2015 l’Ingénieur Civil  Alidor Bangu, Chargé des Infrastructures de la Caritas Congo Asbl. « Pour le moment, les travaux démarrent pour 27 écoles, dont les huit de la Province Orientale », a-t-il souligné. Pour les quatre Sous-Divisions de la Province Orientale, deux écoles ont été ciblées à Adranga, 2 à Aru, 2 à Mahagi et deux autres à Ariwara. Les quatre écoles du Kasaï Oriental se trouvent dans les Sous-Divisions de Ngandajika 1 et Ngandajika 2.Au Kasaï Occidental, 5 écoles seront reconstruites dans la Sous-Division (SD) de Tshikapa, 4 à celle de Kintangwa, 5 dans la Sous-Division de Nyanga, 6 dans celle de Kamonia et dans la SD d’Ilebo.

L’implantation des chantiers en cours

Après Ngandajika au Kasaï Oriental, le Chargé des Infrastructures de Caritas Congo Asbl vient de séjourner à Tshikapa. L’implantation des chantiers se poursuit dans cette ville du Kasaï Occidental, sous l’œil vigilant de trois IPO (Ingénieurs à Pied d’œuvre) du Bureau Central de Coordination (BCeCo).« Pour l’instant, les implantations sont en cours. Pour certains chantiers, les travaux de fondation ont démarré, puisque les approvisionnements en matériaux atteignent déjà les 80%. Pour d’autres, les implantations sont en train de s’achever. Il sied de souligner que les délégués du BCeCo  doivent assister impérativement aux implantations pour certifier la qualité des ouvrages à construire et la disposition de leurs bâtiments », a fait savoir l’Ir Civil Alidor Bangu.

Ce dernier a visité les quatre écoles du Kasaï Oriental à la fin du mois de mai 2015: Ecole Primaire  (EP) Diangenda (au centre de Ngandajika), EP Tunanukila et EP Musandaya (au village de Ngambwa), ainsi que EP Mulumba Ngambwa (à environ 5 km de là).

« Le rêve devient réalité », s’exclament les responsables des écoles ciblées

 

            A Tshikapa, les travaux ont commencé dans trois écoles : EP Kabenga, EP3 Tshisele et EP2 Mudimo (à environ 5 km de Tshikapa).  Abordée par caritasdev.cd, la Directrice de l’EP Kabenga s’est dite « très contente de voir son rêve devenir réalité. Tout est en ordre, les matériaux arrivent, la fondation a commencé… Que Dieu bénisse le Chef de l’Etat,  son Gouvernement  et ceux qui exécutent ces travaux », a dit Mme Kanene Mitango, félicitant également le Ministre de l’Education Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS-INC).  Pour sa part, le Directeur de l’Ecole Primaire 3 Tshisele a exprimé son immense joie : « nos impressions sont très bonnes. C’est ce que nous souhaitions, en voyant d’autres écoles bien construites.   La nôtre, avec 44 ans d’existence, demeurait toujours inconfortable. Maintenant que le Gouvernement a pensé à reconstruire notre école, nous remercions le Chef de l’Etat Joseph Kabila ». Mr Teradjeka Odene a indiqué que l’EP3 Tshisele (une Ecole Conventionnée Kimbanguiste), avec 14 classes, compte 761 élèves, dont  104 (de deux salles de 6ème année) ont présenté le week-end dernier leur Examen de Fin d’Etudes Primaires.A l’Ecole Primaire 2 Mudimo, Directeur, enseignants et écoliers trouvés sur place se souviennent avec gratitude du passage du ministre de l’EPS-INC, Maker Mwangu, en septembre 2014. « Ce qu’il avait promis est en train de se réaliser », a déclaré le Directeur Kasongo. Cette Ecole Conventionnée Catholique a été créée à 1971 et fonctionnait dans des bâtiments en briques à dobe, endommagées sérieusement au fil des années par des intempéries. Depuis une année, deux classes en sticks et chaumes complètent deux autres bâtiments délabrés en briques en dobe. Cette école compte 358 élèves.

La sensibilisation porte ses fruits : graviers et sables apportés par des femmes et enfants

            A l’EP Kabenga, dans la Commune de Dibumba I, une dizaine de femmes faisaient samedi dernier des allers-retours entre le chantier ouvert et la rivière Tshikapa, bassines de graviers sur la tête. L’ambiance était joyeuse. Chaque femme formait un tas de graviers avec le contenu de sa bassine, transportant à chaque tour l’équivalent de deux seaux. Leur sentiment était double : contribuer aux travaux devant permettre aux enfants du quartier d’étudier désormais dans des bâtiments confortables ; et en tirer des dividendes financiers. «Nous participons avec fierté à la construction de notre école  en apportant ces graviers pour que nos enfants étudient dans de bonnes conditions. Qu’ils sachent suivre les cours même s’il pleut, pour que les observateurs voient que Tshikapa devient aussi une grande ville », a fait savoir Mme Patience. Sa consœur Léontine pense par ailleurs au fait que leurs enfants n’étudieront plus assis sur le sol.

             La sensibilisation a été aussi assurée auprès de la population de Ndeke, à 5 km de Tshikapa ; au profit de l’EP2 Mudimo. Son Directeur assure que des matériaux de construction avaient été déjà préparés dans des parcelles et n’attendaient que l’implantation du chantier.  A l’EP3 Tshisele, près d’une cinquantaine d’écoliers déposaient sur le chantier du sable ramassé sur une route très ensablée, à une centaine de mètres de leur établissement. C’était samedi avant-midi, alors que s’achevait l’Examen de Fin d’Etudes Primaires.

            Pour rappel, le PRRIS est un vaste projet de Reconstruction/Réhabilitation des Infrastructures Scolaires sur fonds propres du Gouvernement lancé en 2013, en vue d’assurer une bonne instruction d’enfants dans des conditions répondant aux normes requises. Ce projet a mis  en œuvre un mécanisme susceptible de garantir sa meilleure exécution. Il s’agit de l’identification des écoles par les communautés locales, la certification des listes de ces écoles par les commissions sous-provinciales et provinciales de l’EPS-INC, sanctionnée par un procès-verbal, la consolidation et la transmission de ces listes par le Gouvernement provincial au Ministère de l’EPS-INC au niveau national. Les Agences Locales d’Exécution (ALE) sont, ensuite, sélectionnées par le BCECO – en sa qualité de Maître d’Ouvrage Délégué (MOD)- sur base des dossiers techniques requis, après l’avis de non objection de la Direction Générale de Contrôle des Marchés Publics (DGCMP) et ce, conformément à la loi en vigueur sur les marchés publics.

Guy-Marin Kamandji

(Envoyé Spécial)